Supporters frustrés par la descente des Bleus sur les Champs-Elysées : "Les temps ont changé", justifie le préfet de police

Supporters frustrés par la descente des Bleus sur les Champs-Elysées : "Les temps ont changé", justifie le préfet de police
SOCIÉTÉ

SNIF - De nombreux supporters se sont indignés que le bus à impériale transportant l'équipe de France, sacrée la veille à Moscou en finale de la Coupe du monde, soit passé rapidement lundi sur la prestigieuse avenue de la capitale. Le préfet a répondu aux critiques.

Un goût de trop peu. De trop vite. Au lendemain du passage éclair du bus des Bleus sur les Champs-Elysées, les critiques de supporters frustrés ou indignés ont fusé sur les réseaux sociaux : célébration" volée", équipe à peine aperçue, bus à impériale qui roulait trop vite... Des heures d’attente pour au final entrapercevoir les joueurs quelques secondes. Rien à voir avec la longue descente effectuée par les champions de 1998, et l’effervescence suscitée. Douloureuse comparaison. 

Des critiques auxquelles a répondu le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, ce mercredi matin sur Europe 1. "La foule était énorme sur les Champs-Elysées, au moins 300.000 personnes. Nous avions mis en place un dispositif sans précédent, qui tirait les leçons de 1998", où le bus avait mis plusieurs heures à fendre la foule, qui n'était pas contenue, a souligné Michel Delpuech.

Lire aussi

"1,3 km, 12 minutes : ça fait 6,5 km/h"

"Les temps ont changé", a-t-il ajouté pour justifier la mise en place "d'un barriérage qui a permis de dédier et sauvegarder un couloir de progression pour le bus". "Imaginez ce qui se serait passé si ce couloir de progression avait été envahi, avait été bloqué. Que n'aurait-on dit ? On aurait eu des risques pour la sécurité des joueurs, on mettait en difficulté les fonctionnaires qui assuraient le cheminement, on mettait aussi en difficulté la foule", a poursuivi le préfet. D’autant plus, a-t-il jugé, que le bus n’allait "pas particulièrement vite" : "L'itinéraire est court, c'est 1.300 mètres depuis le haut des Champs jusqu'au rond-point (des Champs-Elysées, ndlr). 1,3 km, 12 minutes : ça fait 6,5 km/h".

Durant la semaine marquée par les célébrations des victoires en demi-finale et finale du Mondial, entrecoupées par les festivités du 14-Juillet, "globalement la sécurité a été largement garantie, assurée dans un contexte qui est celui d'une menace terroriste latente, de niveau élevé, avérée, une menace endogène", a estimé Michel Delpuech.

L'Elysée renvoie la balle

Le porte-parole de la présidence de la République, Bruno Roger-Petit, s’est de son côté fendu d’un tweet, ce mercredi, pour répondre à une autre critique, sous-jacente, qui insinuait que le car des Bleus, déjà en retard de deux heures, avait accéléré pour arriver plus vite à l’Elysée. "Démenti formel  : il n’a jamais été demandé d’accélérer la descente des Champs-Elysées. Au contraire, la Présidence de la République a toujours indiqué à ses interlocuteurs que la durée envisagée semblait trop courte", écrit-il. Renvoyant ainsi la patate chaude : depuis le début, l’Elysée, la Fédération de football ou encore la préfecture de police se renvoient la balle. 

Dès lundi soir, des centaines de commentaires de fan déçus avaient en effet traversé les réseaux sociaux, dressant un douloureux parallèle entre la fête célébrée longuement et en petit comité sous les ors de l'Elysée, et celle des supporteurs de la première heure, de la rue, déçus. 

Toute l'info sur

Les Bleus champions du monde : deux étoiles plein les yeux

Un même malentendu, là encore non éclairci, a lui aussi un peu terni la belle humeur des fans. Le programme annonçait que les Bleus allaient, après l'Elysée, descendre à l'hôtel Crillon, et comme en 1998, saluer du balcon la foule des supporteurs. En prévision, des milliers de personnes s'étaient donc massées devant l'hôtel, avant d'apprendre un peu avant 21 h, que les Bleus restaient en fait à l'Elysée. Cafouillage ? Changement de programme ? L'écheveau des responsabilités reste là aussi difficile à démêler

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent