"Sur la chaussée" et plus sur le trottoir : le gouvernement veut mettre au pas les trottinettes électriques

Société
DirectLCI
TRANSPORTS - Elles ont envahi les rues mais leur usage n'est pas réglementé. Les trottinettes électriques ne doivent plus circuler sur les trottoirs mais sur la chaussée, a estimé ce vendredi matin la ministre des Transports Elisabeth Borne, annonçant que des dispositions en ce sens seront prises dans son projet de loi d'orientation des mobilités présenté en octobre.

De nombreux piétons peuvent en témoigner, croiser une trottinette électrique sur un trottoir donne parfois des sueurs froides. Car si ce type d'engin, qui peut dépasser les 40 km/h,  s'est développé à vitesse grands v dans les rues des grandes villes de France  - d'autant plus à Paris depuis le lancement d'une offre de libre-service au mois de juin -, aucune disposition ne réglemente réellement son usage. Leurs conducteurs sont juridiquement assimilés à des piétons alors que, disposant d'un moteur, ils devraient en théorie circuler au côté des voitures. Mais pour cela, il faudrait qu'ils soient immatriculés...

"Sur la chaussée", mais sans permis dédié

Un flou juridique que veut éclaircir la ministre des Transports. "Il faut que l’on puisse continuer à se déplacer en sécurité sur les trottoirs", a lancé Elisabeth Borne ce vendredi matin sur Europe 1. Avant d'annoncer dans la foulée que son projet de loi d'orientation des mobilités, qui sera présenté en octobre, "adaptera le Code de la route pour dire que ces engins électriques qui peuvent aller très vite ne doivent pas être sur le trottoir, mais sur la chaussée ou les pistes cyclables". "Les maires pourront adapter en fonction des situations locales", a-t-elle précisé.

En vidéo

Flou juridique sur les trottinettes électriques

La ministre a en revanche écarté l'idée, récemment lancée par l'adjoint aux Transports de la mairie de Paris Christophe Najdovski, d'un permis spécial pour ces trottinettes. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter