Sur un coup de tête, il écrit à Emmanuel Macron et décroche son stage de 3e à l'Elysée

DirectLCI
CULOTTÉ - Un Morbihannais de 14 ans a adressé il y a quelques mois une candidature au chef de l'Etat, afin d'effectuer sa séquence d'observation en milieu professionnel, obligatoire pour tous les élèves de 3e, rue du Faubourg-Saint-Honoré. Sa demande a été acceptée et son vœu sera exaucé dans quelques semaines.

Sa lettre à Emmanuel Macron a fait mouche. Un collégien originaire de Saint-Louis d’Auray, dans le Morbihan, effectuera son stage d’observation, obligatoire pour tous les élèves de classe troisième, à l'Elysée. Alors que les mauvaises langues y verront peut-être une affaire de piston, le jeune homme, lui, sait qu'il doit tout à son audace. Et à un défi lancé par sa mère. En juin dernier, alors que tous deux écoutaient attentivement un discours du chef de l'Etat, fraîchement élu, l'adolescent lance sur un coup de tête qu’il effectuerait bien sa séquence d'observation en milieu professionnel rue du Faubourg-Saint-Honoré. 


Une fanfaronnade qui aurait pu rester sans conséquence, si la mère de famille n'avait pas pris son fiston au mot. Dans le feu de l'action, le duo s'attèle à la rédaction d'une lettre de candidature, adressée au locataire de l'Elysée en personne. La requête du collégien a été acceptée et son vœu se réalisera d'ici quelques semaines. "Un soir, ma mère passe me chercher. Elle sautait littéralement dans la voiture parce qu’elle venait d’ouvrir la lettre qui disait que j’étais accepté en stage ! Les passants dans la rue ont dû nous prendre pour des fous, tellement on criait et sautait", a expliqué le jeune homme à Ouest France, qui relate cette expérience hors du commun ce mercredi. Et de poursuivre : "Je n’y crois pas encore tout à fait. D’ailleurs, je n’en ai pas vraiment parlé dans ma classe. Je suis super-impatient et en même temps un peu stressé". 

Un précédent en 2016

Le jeune homme a pourtant toutes les raisons d'y croire. Il n'est en effet pas le premier collégien à faire ses premières armes dans le monde du travail au "Palais". En février 2016, un élève originaire de Lens avait déjà passé trois jours à l'Elysée après avoir écrit à François Hollande, en l'appelant "Son excellence", racontait L'Obs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter