Swissleaks : Les journalistes du "Monde" dénoncent "l’intrusion dans le contenu éditorial" de Pierre Bergé

Swissleaks : Les journalistes du "Monde" dénoncent "l’intrusion dans le contenu éditorial" de Pierre Bergé

Société
DirectLCI
MEDIA - Interrogé mardi sur RTL sur le scandale de fraude fiscale de la banque HSBC en Suisse, le président du Conseil de surveillance du "Monde" avait "réprouvé" les méthodes de travail de ses journalistes. Des propos qui ont soulevé l’indignation de la direction du journal et des journalistes du quotidien.

Les journalistes et la direction du journal Le Monde n’apprécient pas beaucoup les attaques de leurs actionnaires principaux, dont Pierre Bergé, président du Conseil de surveillance du quotidien, sur leur travail d’investigation qui a conduit à révéler le scandale de fraude fiscale organisé par la banque HSBC en Suisse – dit Swissleaks. Et ils le font savoir dans deux communiqués de la Société des rédacteurs et de la direction , publiés ce mercredi 11 février sur le site du quotidien.

"Intrusion dans le contenu éditorial"

Interrogé mardi sur RTL sur l'enquête journalistique et les révélations qui en découlent, Pierre Bergé avait "réprouvé" et taxé les méthodes de travail de ses journalistes impliqués dans cette grande enquête internationale de "populisme". "C'est fait pour flatter les pires instincts. (…) Ce n'est pas pour ça que je leur ai permis d'acquérir leur indépendance. Ce sont des méthodes que je réprouve", avait-il ensuite déclaré.

En bloc derrière la direction du journal, les journalistes dénoncent une "intrusion dans le contenu éditorial" du quotidien qu'ils condamnent "avec force". "Comme il en est coutumier, Pierre Bergé est sorti de sa réserve au mépris du pacte qu'il a cosigné avec les autres actionnaires en 2010. Cela n'a pas empêché et n'empêchera pas les journalistes de travailler sereinement en toute indépendance et responsabilité", écrivent-ils. Et de remettre Pierre Bergé à sa place : "Le rôle des actionnaires est de définir la stratégie de l'entreprise, et non de tenter de peser sur le sens de l'information."

"Les autres journalistes feraient mieux de poser des questions à HSBC"

Joint par metronews, Alexandre Léchenet, un des journalistes du Monde qui a travaillé sur le scandale de fraude fiscale lié à la banque HSBC en Suisse s’interroge sur les motivations de certains à remettre en cause le travail d'enquête mené. "Moi, ce qui m'étonne, c'est le désir des autres journalistes d'appeler nos actionnaires sur le sujet alors qu'ils feraient mieux de poser des questions à HSBC".

"Par ailleurs, on trouve que parler de délation, c'est très exagéré, surtout pour des gens qui ont commis de la fraude, un vrai délit", ajoute-t-il. Et de conclure sur les déclarations inattendues provoquées par ces révélations: "C'est surtout la preuve que nos actionnaires n'ont aucune prise sur nos décisions éditoriales".

A LIRE AUSSI
>> Tout comprendre à l'affaire de fraude fiscale chez HSBC
>> Swissleaks - Christophe Dugarry, Jacques Dessange… Qui sont les personnalités soupçonnées de fraude fiscale ?
>> Gad Elmaleh impliqué dans une massive affaire de fraude fiscale

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter