Syndicats, politiques : le jackpot de départ annoncé du patron d’Alcatel choque

 Syndicats, politiques : le jackpot de départ annoncé du patron d’Alcatel choque

POLÉMIQUE - Michel Combes, qui s'apprête à quitter la direction d'Alcatel-Lucent, pourrait toucher près de 14 millions d'euros sur 3 ans grâce à diverses primes, suscitant l'ire des syndicats et un appel du gouvernement à revoir sa rémunération.

Près de 14 millions. C’est ce que va toucher, sur trois ans, Michel Combes, qui s'apprête à quitter la direction d'Alcatel-Lucent. L'attribution de cette rémunération, obtenue grâce à diverses primes, a été révélée dimanche par le Journal du Dimanche (JDD), qui s'appuie sur des documents publiés sur le site du groupe. Mais le montant suscite d’ores et déjà des critiques en chaîne. D’autant que ces informations tombent à deux jours du départ du directeur général, à la tête du groupe depuis mai 2013. Il va prendre la présidence de l’opérateur Numericable-SFR.

Dans une déclaration transmise à l'AFP, la CFE-CGC estime que "Michel Combes devrait avoir l'élégance de renoncer à la majeure partie de ses indemnités", rappelant qu'il "a certes redressé le groupe mais cela s'est fait au prix d'un plan social d'une violence sans précédent".

Un comportement "scandaleux"

De son côté, Stéphane Dubled, coordinateur CGT du groupe, regrette le fait que le patron se soit présenté "comme le chevalier blanc en avril" , quand il avait dit renoncer au versement de "son parachute doré" de 2,4 millions d'euros et à l'encaissement du produit d'actions qui lui avaient été attribuées.

Les politiques n’ont pas été plus tendres. Interrogé en marge de l'université d'été du PS, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a quant à lui demandé à Michel Combes, de "réfléchir" à ses conditions de départ, estimant qu'il "faut toujours garder le sens de la mesure". De son côté, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a dénoncé lors de l'émission BFM Politique-RMC-Le Parisien un comportement "scandaleux" et appelé le Medef à condamner cette attitude "s'il veut être crédible". Le député écologiste François de Rugy a fait part de sa condamnation sur Twitter.


Son collègue socialiste frondeur Pouria Amirshahi en appelle aux politiques :


Chez les Républicains (LR), Bruno Le Maire a édicté lors du Grand Jury RTL-LCI- Le Figaro un"principe général", refusant de viser spécialement Michel Combes : "Quand on a réussi, je veux qu'on garde les fruits de sa réussite. Quand on a échoué ou pas suffisamment réussi, je pense qu'on n'a aucun mérite et aucun droit à toucher quelque rémunération complémentaire que ce soit". "On a parfois le sentiment qu'on sort de la morale", s'est cependant désolé le député de l'Eure.

Le FN Florian Philippot y est aussi allé de sa critique.


Un plan avec 10.000 suppressions de postes

Dès son arrivée à la direction du groupe, Michel Combes a mis en place le plan "Shift", pour sortir de l’ornière le groupe en proie à de graves difficultés financières et à une concurrence internationale féroce. Mais ce redressement s'est toutefois réalisé au prix d'une lourde restructuration sociale, puisque le plan Shift prévoyait 10.000 suppressions de postes sur 2013-2015, dont 600 en France.

Dans un communiqué publié dimanche, l'équipementier défend le bilan de Michel Combes qui "a permis de multiplier par 6 la valeur de l’entreprise et l'a sauvée de la faillite". Il réfute l'idée qu'il s'agisse d'une "prime liée à son départ", indiquant, pour la partie rémunération en actions, que son versement est soumis à la réussite du mariage avec Nokia. En outre, selon Alcatel-Lucen t, "tout montant publié relève d’hypothèses non réalisées et non vérifiables sur le cours des actions attribuées d'ici 2018".

A LIRE AUSSI
>> Alcatel Orvault menacé : "Vous n'aurez pas notre peau aussi facilement" >> Le PDG d'Alcatel annule sa visite à Orvault, les salariés indignés >> Le patron d'Alcatel fait modifier les règles pour toucher 13, 7 millions d'euros

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

EN DIRECT - Israël/Palestine : plus de 1000 roquettes lancées de la bande de Gaza depuis lundi soir

"Pass sanitaire" et sortie de l'état d'urgence : les députés votent finalement le texte

"On veut lui faire porter le chapeau", confie la sœur du tueur présumé d'Eric Masson

Double meurtre dans les Cévennes : la traque pour retrouver le suspect continue

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.