Tapie réclame 1 milliard d'euros à l'Etat : "Ce sont des pitreries"

Tapie réclame 1 milliard d'euros à l'Etat : "Ce sont des pitreries"

SOCIÉTÉ
DirectLCI
JUSTICE – Alors que le litige opposant l'homme d'affaires au Crédit Lyonnais dans la vente d'Adidas doit être rejugé au fond en septembre prochain par la Cour d'appel de Paris, Bernard Tapie a sorti un nouvel atout de sa manche. Prétendant détenir une preuve de l'escroquerie montée par la banque à son encontre, il réclame plus d'un milliard d'euros à l'Etat. Pour le député UDI Charles de Courson, contacté par metronews, cette demande est "une douce rigolade".

La saga Tapie connaît un nouveau rebondissement. Epaulé par l'avocat Me Emmanuel Gaillard, l'homme d'affaires réclamera plus d'un milliard d'euros à l'Etat, le 29 septembre prochain. Ce jour-là une audience se tiendra en effet devant la cour d’appel de Paris pour déterminer une nouvelle fois si le Crédit lyonnais a escroqué l'ex-patron de l'OM, en réalisant des plus-values dans son dos, lors de la vente d'Adidas en 1993. En février dernier, la même cour avait annulé l'arbitrage qui avait permis à Bernard Tapie d'empocher 403 millions d'euros, ramenant par là même l'affaire devant les prétoires.

LIRE AUSSI >> Affaire Adidas : le parquet favorable à une révision de l'arbitrage

Et avant d'y retourner, l'homme d'affaires fait monter la sauce. Ainsi pour appuyer ses faramineuses prétentions, il affirme être en possession d'un document du Crédit lyonnais qui met en lumière la duplicité de l'établissement. Selon Me Gaillard, cité par lemonde.fr , cette note démontrerait que "dès le départ, la banque avait imaginé de capter la plus-value résultant de la mise en bourse d’Adidas à un montant qui pouvait atteindre 11 milliards de francs (2,09 milliards d’euros)". Or, précise Le Monde, "M. Tapie avait revendu Adidas à un pool d’actionnaires pour 'seulement' 318 millions d’euros, en février"1 993."

"C'est une douce rigolade"

Pour Charles de Courson, député (UDI) de la Marne et opposé dès le début à la procédure d'arbitrage, cette requête est "une douce rigolade". "Ce sont des pitreries pour essayer de ralentir la procédure, affirme-t-il, persuadé que cette demande a très peu de chances d'aboutir. Ça ne trompera pas les juges." Pour l'élu, Bernard Tapie, "est au bout du rouleau, c'est le dernier bobard de celui qui a raconté des bobards toute sa vie. Les juges ont déjà largement tranché dans ces histoires, et j'attend avec impatience la décision de la cour d’appel."

Bernard Tapie pourra néanmoins compter sur l'expérience de son avocat Me Gaillard. Ce dernier est en effet parvenu à faire condamner l'Etat russe à payer 50 milliards de dollars pour la faillite suspecte de la compagnie pétrolière Ioukos, alors présidée par Mikhaïl Khodorkovski, homme d'affaires opposé au Kremlin. Un fait d'armes qui pourrait néanmoins ne pas suffire à sauver Bernard Tapie.

EN SAVOIR + >> Notre dossier consacré à l'affaire Tapie

Sur le même sujet

Lire et commenter