Tapie voulait cacher sa fortune, l'Etat en a décidé autrement

Tapie voulait cacher sa fortune, l'Etat en a décidé autrement

DirectLCI
JUSTICE - Désireux de protéger ses biens de la justice française après sa condamnation à une très lourde amende, l'homme d'affaires pourrait bien être mis en échec. L'Etat a engagé une procédure pour l'en empêcher.

La semaine dernière, on apprenait que Bernard Tapie avait protégé tous ses actifs dans le cadre d'une "procédure de sauvegarde" et ce, juste avant que la justice ne le condamne, le 3 décembre dernier, à rembourser 404 millions d'euros dans le cadre du jugement sur l'affaire du Crédit lyonnais. L'homme d'affaires pensait ainsi s'offrir un répit de six mois, histoire de préparer ses arrières.

Bras-de-fer avec la justice

Sauf que l'Etat ne compte pas se laisser avoir aussi facilement. Le parquet de Paris vient de faire appel de la décision du Tribunal de commerce de Paris de placer les actifs de l'homme d'affaires sous la protection d'un administrateur judiciaire. L'État cherche ainsi à obtenir l'annulation des procédures de sauvegarde pour les sociétés Groupe Bernard Tapie et Financière et immobilière Bernard Tapie, d'après les informations parue sur Le Point .

À LIRE AUSSI >> Arbitrage Tapie : Christine Lagarde sera jugée

L'Etat ne veut pas laisser la moindre chance à Bernard Tapie d'échapper à la justice. L'homme d'affaires a été condamné le 3 décembre à rembourser les millions d'euros qui lui ont été versés en 2008 après l'arbitrage du litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas. Il va avoir du mal désormais à convaincre qu'il est ruiné.

EN SAVOIR +
>> Avant d'être condamné, Bernard Tapie s'est protégé des huissiers
>>
Bernard Tapie "KO", "ruiné", mais toujours combatif >> Affaire Tapie : tout ce que vous pourriez faire avec 404 millions d'euros

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter