Tapis de prière à l'IUT de Saint-Denis : le directeur suspendu, "une décision délirante"

Tapis de prière à l'IUT de Saint-Denis : le directeur suspendu, "une décision délirante"

DirectLCI
SUITE - Soupçonné d'avoir déposé des tapis de prière dans le local d’une association musulmane afin d’accréditer la thèse d'une dérive communautariste, le directeur de l'IUT de Saint-Denis a été suspendu par l'université "à titre conservatoire". Samuel Mayol, qui clame son innocence, est affligé de cette décision.

Sa hiérarchie ne le soutient pas. Samuel Mayol, directeur de l'IUT de Saint-Denis, a été suspendu ce jeudi 12 novembre par l'Université Paris 13 pour une durée de quatre mois, dans l'attente de la décision d'une section disciplinaire. Il lui est soupçonné d'avoir, au mois d'octobre, déplacé des tapis de prière dans le local d'une association étudiante musulmane afin de nourrir des soupçons de dérive communautariste. 

Une décision qui selon le communiqué de l'université est "susceptible d'être renouvelée jusqu'à l'issue des poursuites" et "accompagnée d'une mesure d'interdiction d'accès aux locaux pour une durée de trente jours." Le tout en vue de ramener la sérénité dans un établissement  "victime de différents conflits", dont " il résulte un climat de suspicion généralisée". De son côté, Samuel Mayol, qui clame son innocence depuis le début de l'affaire, avait d'ores et déjà porté plainte pour "dénonciation calomnieuse".

"La situation s'était calmée"

Contacté par metronews, Richard Malka, l'avocat de Samuel Mayol, parle d'une "décision délirante". "L'université montre sa volonté d'empêcher les gens de parler des malversations qui se sont déroulées dans l'établissement" poursuit-il, faisant allusion au conflit patent entre le directeur de l'IUT et plusieurs enseignants , qu'il soupçonne de vacations fictives. 

Début novembre, Samuel Mayol confiait à metronews être revenu de congé maladie après avoir été victime d'une agression physique dans la rue. Il se sentait alors "soutenu par ses collègues et ses étudiants". Pour son avocat, la décision de sa suspension "désorganise complètement l'IUT alors que la situation s'était calmée". Son client, qui n'a pas répondu à nos sollicitations, est "affligé" mais "combatif". Richard Malka annonce par ailleurs son intention de déposer un référé administratif pour contester cette suspension.

EN SAVOIR + >> Soupçons de manipulation islamophobe : le directeur de l'IUT de Saint-Denis porte plainte

Plus d'articles

Sur le même sujet