Taxis vs VTC : les pistes pour sortir de l'impasse

Taxis vs VTC : les pistes pour sortir de l'impasse

DirectLCI
TRANSPORTS - Le député Thomas Thevenoud doit rendre ce jeudi à Matignon les conclusions de son rapport sur le conflit taxis-VTC, qui avait été commandé par Jean-Marc Ayrault. Soit trente propositions pour encadrer leurs activités respectives.

Depuis début 2013, les taxis grognent contre les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). Un conflit qui s'est durci ces derniers mois, obligeant le gouvernement à chercher des solutions, avant de légiférer. C'est dans ce cadre que le député socialiste, Thomas Thevenoud, avait été missionné en février par l'ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Il doit rendre ce jeudi ses conclusions à l'actuel locataire de Matignon, Manuel Valls. Metronews fait le point sur les principales propositions.

POUR LES TAXIS

Une même couleur pour tous
Les taxis français pourraient subir un lifting d'harmonisation. Pour les repérer plus facilement dans la rue, le député conseille de les doter d'une couleur unique. Noire, comme les taxis londoniens, ou jaune comme à New York ? Son rapport ne le dit pas.

Généralisation du paiement par CB
Fini l'arrêt au distributeur pour payer le taxi. Le véhicule devrait obligatoirement être équipé d'un lecteur de carte bleue. Celui-ci devrait en outre permettre de payer à partir du premier euro, au lieu de 15 comme l'imposent certains taxis déjà équipés.

Un tarif fixe pour la "course d'approche"
Lorsque les clients montent dans un taxi commandé, une somme est déjà affichée au compteur. Car l'appareil est activé dès la commande et le client paye le trajet du véhicule pour venir le chercher. Sans limite de prix. Pour réglementer cette pratique, un tarif fixe à 6,86 euros (soit le même que le prix minimal d'une course) est proposé.

Un forfait pour les aéroports
Le prix d'une course varie en fonction du trafic et de la distance, c'est normal. Mais la note gonfle très vite quand ils s'agit de trajets depuis ou vers les aéroports, situés par définition en-dehors des agglomérations. Désormais, un tarif fixe pourrait être arrêté à l'avance. En contrepartie, une voie serait réservée aux taxis sur les autoroutes.

POUR LES VTC

Encore trois mois de gel des immatriculations
La mesure prise au mois de février devrait être prolongée jusqu'à l'été, le temps qu'une loi encadre l'activité des véhicules de tourisme au chauffeur. Leur empêchant notamment la tarification kilométrique, réservée aux taxis. Les VTC, eux, devraient se contenter de courses au forfait et de location à l'heure.

L'appli, c'est fini
Fini la géolocalisation des VTC via les "appli" pour smartphones. La "maraude électronique", inventée par les VTC, serait à l'avenir réservée... aux taxis. Sachant que la maraude dans la rue, c'est-à-dire la prise de clients sans réservation, est déjà l'apanage des taxis, les VTC seraient donc uniquement voués à être commandés à l'avance.

Un diplôme pour tous VTC
Pour garantir leur professionnalisme, les chauffeurs de véhicules de tourisme devraient suivre une formation qui débouchera sur la remise d'un ''certificat de qualification''. Et le cumul de l'activité de VTC avec celle de taxi sera désormais impossible.

Visite technique tous les six mois
Deux fois par an, les VTC auraient rendez-vous au contrôle technique. Ce à quoi s'ajouteraient des obligations d'assurance renforcées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter