Cinq ans après, Nice rend hommage aux victimes de l'attentat de la promenade des Anglais

Fleur et bougie laissées sur une trace de sang le 16 juillet 2016, après l'attaque perpétrée deux jours plus tôt sur la Promenade des Anglais à Nice.

COMMÉMORATION - Le Premier ministre Jean Castex, accompagné de plusieurs ministres et du maire de Nice Christian Estrosi, participe ce mercredi à 14 juillet à une cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de 2016 qui a fait 86 morts.

86 morts et 206 blessés de tous âges et de toutes nationalités, une violence inouïe "comme un chasse-neige projetant les corps", dira un témoin. Cinq ans après, Nice commémore, ce mercredi 14 juillet, l'attentat jihadiste de la promenade des Anglais. 

Toute l'info sur

Attentat de Nice

Le 14 juillet 2016, soir de fête nationale en France, environ 30.000 personnes s'étaient rassemblées sur le front de mer qui borde la baie des Anges pour le traditionnel feu d'artifice. C'est dans cette foule que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, Tunisien d'une trentaine d'années demeurant à Nice, avait foncé au volant d'un camion de 19 tonnes, fauchant des dizaines de personnes pendant deux minutes, avant que la police ne l'abatte. 

L'attaque avait été revendiquée par Daesh, qui contrôlait alors des territoires en Irak et en Syrie, même si l'enquête n'a confirmé aucune connexion entre l'organisation terroriste et son auteur.

Une cérémonie intimiste, en présence de Jean Castex

Pour rendre hommage aux victimes, une cérémonie, à huit-clos, est organisée et a débuté à 16h, à la villa Massena, située près de la promenade des Anglais, en présence du Premier ministre Jean Castex et du maire LR de la ville, Christian Estrosi. Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti, la ministre déléguée en charge de la citoyenneté Marlène Schiappa et Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, sont également présents. 

Peu de temps avant le début de la cérémonie, Christian Estroisi a remercié Jean Castex, sur Twitter, "de sa présence à Nice en cette journée si particulière pour les Niçoises et les Niçois".

Lire aussi

Cinq ans après nous ne comprenons toujours pas- Hager Ben Aouissi, co-présidente de l'association "Life for Nice, une voie des enfants"

En ouverture de la cérémonie, plusieurs membres d'associations se sont succédés à la tribune. Stéphane Erbs, co-président de "Promenade des Anges", a affirmé attendre "le procès", une étape "difficile mais nécessaire".  "Nous attendons de la justice qu'elle juge, punisse avec fermeté. Vous n'aurez pas ma haine, mais vous n'aurez pas mon pardon pour autant", a-t-il ajouté.

"Il y a cinq ans jour pour jour, l'horreur se déroule sous nos yeux et j'échappe à la mort en me jetant avec ma fille de 4 ans sous ce camion en espérant passer entre les roues. Cinq ans après nous ne comprenons toujours pas", a de son côté confié Hager Ben Aouissi, co-présidente de l'association "Life for Nice, une voie des enfants". 

Nice la résiliente est parvenue à se relever, est soudée derrière les familles meurtries- Jean Castex

Après l'interprétation de l’hymne national des victimes du terrorisme par le premier violon de l’opéra de Nice, Christian Estrosi s'est à son tour avancé à la tribune pour rendre hommage aux 86 morts. "Chaque année, c’est plus fort que nous, nous rassemblons autour de l’idée que nous nous faisons de ce qu’est la France, de sa place unique dans l’histoire, [...] de ses valeurs humaines indépassables, la liberté, l’égalité, la fraternité", a souligné l'édile, cinq ans après cet attentat.

Et d'ajouter: "Cinq ans où nous refusons l’oubli pour nos morts, mais aussi pour nos vivants, ces blessés, ces enfants, ces personnes traumatisées. Ils sont notre avenir et incarnent la victoire sur la barbarie. Car nous ne céderons pas. Jamais".

"C'est la souffrance de Nice, c'est la souffrance de la France", a-t-il conclu. 

Lâcher de 86 colombes

Pour Jean Castex, le 14 juillet 2016, "à travers Nice, c'est la France toute entière qui était touchée". "Nice, plusieurs fois meurtrie, aurait pu vaciller, aurait pu douter, s'effondrer sous la violence de ces coups, c'eut été mal la connaître. Car Nice la résiliente est parvenue à se relever, est soudée derrière les familles meurtries", a ajouté le Premier ministre. 

Une minute de silence a été observée, suivie par l'interprétation de la Marseillaise par le chœur de l'Opéra. La cérémonie a été clôturée par le lâcher de 86 colombes, pour symboliser le nombre de victimes de l'attentat. Dans la soirée, un concert-hommage du slameur Grand Corps Malade est prévu au Jardin Albert 1er, puis à 22h34 précises, l'heure à laquelle a eu lieu l'attentat, 86 faisceaux seront allumés. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Une voiture percute une terrasse de bar à Paris : un mort, six blessés 

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Le ministre Alain Griset est convoqué au tribunal pour omission de déclaration de patrimoine

EN DIRECT - JO de Tokyo : Teddy Riner se console avec une médaille de bronze

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.