Toxicomanes évacués du jardin d'Éole : "Nous sommes maintenant dans une situation honteuse pour tout le monde"

Toxicomanes évacués du jardin d'Éole : "Nous sommes maintenant dans une situation honteuse pour tout le monde"

SOCIÉTÉ – Au lendemain de l'évacuation des consommateurs de drogue du parc situé à cheval entre les 18e et 19e arrondissements, ces derniers se retrouvent sur le trottoir, sans solution. Les riverains se disent ce jeudi "choqués" et "abasourdis" par une telle situation.

"Jamais nous n'aurions imaginé un tel scénario. Là, on peut difficilement faire pire, déclare Vincent, riverain du parc Éole. On a sorti les crackeux du jardin, maintenant ils sont une cinquantaine sur le bitume, devant les grilles du parc, devant les habitants, avec des dealers qui défilent pour les approvisionner. Tout le monde ici est choqué, abasourdi que l'on puisse laisser des gens comme ça."

"Oui, Hidalgo a tenu sa promesse : tous les toxicos dehors le 30 juin et un parc pour les habitants, avec entrée ouverte, rue d'Aubervilliers, et filtrée par des agents de la ville. Très bien. Sauf qu'à présent, les toxicomanes sont sur le trottoir, défoncés, à attendre leur dose, ou allongés par terre. Nous sommes maintenant dans une situation honteuse, pour les habitants comme pour les consommateurs de drogue ", s'énerve Frédéric Francelle du collectif 19 joint par LCI ce jeudi matin. 

Mercredi, quelques heures après l'évacuation du parc par les forces de l'ordre, Anne Hidalgo s'était rendue sur place .C'est elle, qui, le 7 juin, avait demandé une restitution du jardin à cette date butoir du 30 juin. Ce fut chose faite, mais sans aucune alternative pour ces personnes.  À l'occasion de sa visite, la maire de Paris a affirmé qu'elle "ouvrirait des lieux" pour les toxicomanes si l'État "ne prenait pas ses responsabilités". La mairie vise "une ouverture à la rentrée", selon un communiqué, qui ne précise cependant aucun endroit. "L'endroit, il fallait le trouver avant d'éjecter tout le monde" s'agace Farida.

La situation est désormais catastrophique", selon plusieurs riverains.  Ainsi Dans la soirée de mercredi, plusieurs toxicomanes ont essayé de pénétrer dans le parc en escaladant les grilles, d'autres se sont réunis devant et n'ont plus bougé, d'autres encore ont déambulé dans les rues,  les halls d'immeubles, ou dans les parkings. Ce jeudi, c'est une femme de 84 ans qui a été agressée. "C'est certainement pas cela qui était voulu, ironise Frédéric Francelle. Mme Hidalgo a voulu se faire mousser, elle est venue, elle a fait son coup de 'com' devant les journalistes, sans répondre aux interrogations de la presse ou des habitantes, et en plus elle semble contente de ce qui a été fait. Mais de qui se moque-t-on? ".  

Lire aussi

Vives réactions des autorités aussi

Les riverains ne sont pas les seuls à s'agacer de la situation imposée  par la maire de Paris. En amont du 30 juin déjà, le 25 juin précisément, le préfet de police de Paris Didier Lallement avait adressé un courrier à Anne Hidalgo dans lequel il faisait part de ses doutes quant à sa décision d'évacuer le parc à cette date. "Si vos services mettaient fin à l'ouverture en soirée du jardin d'Éole sans que soit préalablement identifié de nouveau lieu vers lequel diriger les toxicomanes, ceux-ci ne manqueraient pas à la fois de revenir sur le site de Stalingrad et de se disséminer dans d'autres lieux, en particulier dans le 18e arrondissement"

La droite parisienne s'est fendue d'un communiqué mercredi soir pour dénoncer "le cynisme" de la maire de Paris après cette évacuation sans solution pérenne pour la suite. "Le jardin' d'Éole fermé, à qui le tour ?", interroge ainsi le groupe Changer Paris dans son document. 

Quant au gouvernement, pointé du doigt devant les caméras par la maire de Paris mercredi matin, il n'a pas tardé à réagir. Anne Hidalgo "dit que du jour au lendemain, elle peut trouver une solution, qu'elle a fait des propositions ; on attend de voir ces propositions et on sera toujours très ouverts à travailler sur ce sujet, qui est un sujet grave pour les riverains", a déclaré ce jeudi matin, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur LCI.  

"L'État agit depuis le début et on aimerait qu'elle puisse agir davantage avec nous", a-t-il ajouté, en soulignant que "l'État met les moyens : (...) les opérations de police dans le quartier ont été quadruplées", avec "en moyenne cinq opérations par jour", et le nombre de CRS porté à 60.

En vidéo

Toxicomanes à Paris: l'Etat "attend les propositions" d'Hidalgo, dit Attal

"Les toxicomanes étaient dans ce jardin", dont l'accès leur est désormais interdit depuis mercredi matin, "car c'est elle qui a proposé qu'ils (y) aillent, car on a voulu évacuer la place Stalingrad", a rappelé Gabriel Attal.

Tous les acteurs sont donc désormais invités à se réunir au plus vite pour trouver une solution ensemble. "On nous parle de septembre... Mais il faut impérativement qu'il se passe quelque chose avant. Sinon, ce sera encore des drames et des scènes de rues à peine croyables pour ceux qui ne vivent pas là et qui, sans les vidéos postées sur les réseaux, ne le croiraient pas", conclut Vincent. Viols, enfant agressé, personne en train de déféquer ou de s'injecter de la drogue au vu et au sus de tous : depuis la mi-mai, les pires horreurs illustrant le quotidien du jardin d'Éole ont en effet été montrés sur Facebook, Snapchat ou Twitter. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.