Tremblay : une des femmes voilées a déposé plainte pour discrimination

SOCIÉTÉ
RIPOSTE - Deux clientes musulmanes voilées ont été taxées de "terroristes" et chassées d'un restaurant de Tremblay-en-France. Après avoir filmé la scène, ces dernières ont décidé de porter l'affaire en justice.

Elles ne se laisseront pas faire. Une des deux femmes musulmanes voilées, chassées du restaurant Le Cénacle, à Tremblay-en-France par son gérant, a déposé plainte ce lundi 29 août, a annoncé une source judiciaire à LCI. Cette plainte, déposée pour "discrimination en raison de la religion", a bien été enregistrée par le parquet de Bobigny, a indiqué notre source sans plus de précision.


Contacté plus tôt dans la journée par LCI, le parquet avait confirmé l’ouverture d’une enquête pour "discrimination à raison de la religion". Une source proche du dossier indiquait que cette investigation était à l’initiative du parquet "basée sur le témoignage des policiers" présents sur place ainsi que sur la publication en ligne de la vidéo. 


Par ailleurs, le restaurateur devrait être entendu par les autorités dans les prochaines heures et encourt une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans ainsi qu'une amende de 45.000 euros. Selon nos informations toujours, peu d'affaires comme celles-ci sont recensées, il s'agit d'un cas exceptionnellement rare. 

Lire aussi

Rappel des faits

Dans une vidéo filmée par l’une des deux clientes puis mise en ligne sur Internet, on entend deux voix de femmes lors d'un échange tendu avec le restaurateur en tablier blanc, dans la salle de restaurant. Traitées de "terroristes" parce que selon le restaurateur, "les terroristes sont musulmans et tous les musulmans sont terroristes", les deux femmes ont été chassées sans ménagement avant d’aller avertir les autorités. Deux policiers se sont ensuite rendus sur place. 

Les réactions

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol a indiqué sur Twitter avoir saisi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra) "afin d'engager investigations et sanctions contre le comportement intolérable de ce patron de restaurant".

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech, a pour sa part, exprimé son "indignation".

Le maire PCF de la ville, François Asensi, a condamné "sans réserve les propos haineux et stigmatisants enregistrés dans (la) vidéo, propos qui relèvent d'une sanction pénale", et indiqué qu'il saisirait "le procureur de la République dès ce lundi".


Devant l’ampleur de la polémique et les nombreux appels à boycotter son établissement, le patron du restaurant a présenté ses "excuses" à la communauté musulmane. Selon nos informations, le restaurateur a quitté son domicile avec sa famille pour raisons de sécurité, celui-ci se trouvant juste au-dessus du Cénacle. Les abords du restaurant ont été sécurisés par la police.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter