Trois collégiens brûlés : les gendarmes alertent sur les dangers du "jeu du piment"

Trois collégiens brûlés : les gendarmes alertent sur les dangers du "jeu du piment"
SOCIÉTÉ

BÊTISE - Il fait son apparition dans certaines cours de récréation : le jeu du "piment" commence à inquiéter les autorités. A tel point que le préfet du Pas-de-Calais a décidé de relayer ce samedi sur Facebook l'appel à la vigilance lancé cette semaine par les gendarmes.

Après le jeu du foulard, le jeu du briquet, le jeu "suicidaire" du Blue Whale Challenge, voilà que le jeu du "piment" envahi les cours de récréation. A tel point que le préfet du Pas-de-Calais a décidé de relayer ce samedi l'appel à la vigilance lancé cette semaine par la gendarmerie sur Facebook.

"Son principe est le suivant, expliquent les gendarmes. Des élèves se présentent au collège avec des piments qu'ils ouvrent et qu'ils projettent dans les yeux et/ou dans la bouche d'autres camarades. D'autres s'écrasent volontairement le piment sur la peau provoquant d'importantes brûlures". 

"La prévention restant la méthode la plus efficace pour enrayer ce phénomène , il est nécessaire de parler ouvertement avec nos jeunes de la dangerosité de ce genre de pratique", rappellent-ils.

Lire aussi

En vidéo

Comment les jeux de la cours de récré ont évolué ?

Trois collégiens blessés dans l'Aube

Et ce défi "pimenté" compte déjà ses premières blessures. Selon l'Est Eclair, trois collégiens d'un établissement de Romilly-sur-Seine (Aube) ont dû être conduits à l'infirmerie le 12 novembre dernier après avoir été irrités par du piment. Deux d'entre eux auraient même volontairement écrasé l'épice sur leurs joues provoquant des brûlures. Ils ont fini aux urgences pour une visite de contrôle. 

Un incident qui a contraint la principale du collège à alerter les parents : "Il a été rappelé à tous les élèves que l’introduction d’un piment, au même titre qu’un objet dangereux, ou son utilisation, entraînerait de suite une sanction dont vous seriez immédiatement avertis", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 20.000 nouveaux cas et 163 décès ces dernières 24 heures en France

EN DIRECT - Assassinat de Samuel Paty : six gardes à vue levées, dix autres toujours en cours

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent