Un an après sa libération, l'ancien otage Serge Lazarevic ne va "pas mieux du tout"

SOCIÉTÉ
DirectLCI
TÉMOIGNAGE - C'est ce qu'il a confié mercredi matin sur France Info, tout juste un après sa libération. "Je me prépare à la deuxième année, la pire de ma vie", déclare-t-il.

Tout juste un an après la fin d'un calvaire qui en aura duré plus de trois ans, Serge Lazarevic va toujours aussi mal. En juillet dernier, il avait déjà raconté au micro de France Info ses difficultés pour revenir à une vie normale, et son sentiment d'être abandonné par les autorités françaises, après ses longs mois de détention au Sahel aux mains d’Aqmi, Al-Qaïda au Maghreb islamique.

"La pire année de ma vie"

L'homme de 52 ans expliquait alors souffrir de troubles physiques, psychologiques, qui le rendaient incapable de reprendre son travail de contremaître de chantier. "J’ai été abandonné, je suis un SDF de la République française", disait-il , expliquant mener une vie de reclus dans un petit studio inconfortable, dans l’arrière-cour de la maison de sa mère en Seine-Saint-Denis.

Cinq mois plus tard, au niveau du moral, les choses ne se sont pas arrangées, au contraire. "Ça ne va pas mieux du tout. C’est pire, a-t-il déclaré mercredi matin, toujours sur les ondes de France Info . Je me prépare à la deuxième année, la pire de ma vie. Le retour des angoisses, du stress, tout l’état post traumatique".

Un livre prévu pour le mois d'avril

Matériellement, au moins, il y a du nouveau. “J’ai un appartement, depuis trois semaines, un 50 m2 en HLM. C’est pas mal, mais ce n’est pas grâce à l’Etat français”, souligne-t-il. Mais physiquement et psychologiquement, rien n'a changé malgré de nombreuses consultations médicales, pour celui qui dit toujours attendre d'avoir un médecin référent. "Je peux travailler, mais le problème c’est que je ne sais pas quand mon espèce de folie me prend. Je ne sais pas ce que cela fait et d’où cela vient", se désole-t-il.

EN SAVOIR + >> Serge Lazarevic : l’ancien otage est-il vraiment "un SDF de la République" ?

Serge Lazarevic assure être en train d'écrire un livre, dont la sortie est prévue 'au mois d'avril", et souhaite monter une association venant en aide aux gens "comme lui", qui s’occuperait de leur victimologie . Mais il déplore que jusqu'ici, "pas une association" ne soit venue le voir pour lui proposer de l’aide : "Depuis que je suis arrivé, rien, zéro. Je suis seul avec mes petits problèmes."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter