Un camion siglé Pfizer se retrouve dans le décor ? Gare à cette photo manipulée

Cette publication trompeuse a été relayée près de 10.000 fois sur Facebook.

MODIFICATIONS - Des internautes ont relayé en masse la photo d'un poids-lourd accidenté, aux couleurs du laboratoire Pfizer. Une image censée symboliser le fiasco de la vaccination, mais qui s'avère en réalité trafiquée par ordinateur.

Mise à jour du 6 janvier 2021 :

Suite à la publication de cet article, l'auteur du détournement initial de l'image a contacté LCI. Il explique que le logo de sa page humoristique a été retiré et regrette que ce montage fasse l'objet d'une utilisation trompeuse. 

---

Un camion accidenté, dans le bas-côté. Sur ses flancs, le logo bleu du laboratoire Pfizer, celui-là même qui a mis en premier sur le marché un vaccin contre le Covid-19. Cette image, largement relayée sur les réseaux sociaux, a été partagée environ 10.000 fois, suscitant au passage une multitude de réactions de la part des internautes. Nombreux sont ceux qui y voient une allégorie de la campagne de vaccination, le symbole des quelques ratés observés en France depuis quelques semaines. Si les railleries se multiplient, il faut néanmoins souligner que ce cliché a fait l'objet de retouches par ordinateur, et qu'il ne s'agit à l'origine pas du tout d'un camion sur lequel figure le logo Pfizer. LCI a en effet retrouvé une version originale, antérieure même à l'épidémie de Covid-19.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Une photo de mars 2019

"Tant de signes, ça peut pas être bon ce truc", a réagi un internaute en découvrant l'image. Si l'alignement du logo ou la cohérence des couleurs ne permet pas de déceler au premier coup d'œil une quelconque retouche, un examen plus approfondi permet d'observer qu'il ne s'agit pas du cliché original. Des recherches en ligne conduisent à un article paru le 4 mars 2019 dans Le Républicain Lorrain

À l'époque, le journal régional indique qu'une voiture et un poids lourd "se sont percuté au cours d'une manœuvre de dépassement. Le camion a terminé sa course dans le talus, la voiture a pu s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence". La scène, apprend-on également, s'est déroulée "sur l'autoroute A4", au niveau "du kilomètre 432 dans le sens Paris-Strasbourg", glisse L'Alsace. Les clichés réalisés par le photographe du quotidien lorrain sont sans appel : ils montrent le camion sous tous les angles et mettent en évidence le fait que la remorque ne comporte aucun logo. La photo partagée sur Facebook est présente, dans sa version initiale. On note par ailleurs que le logo présent à la base sur la portière a été dans un premier temps supprimé par ordinateur, afin que celui du laboratoire soit par la suite apposé, faisant écho à celui de la remorque. 

Lire aussi

Les messages qui relaient cette image s'avèrent donc trompeurs, et ne sont aucunement liés à l'épidémie actuelle ou à la campagne de vaccination. L'auteur du détournement initial, qui a contacté LCI suite à la publication de cet article, précise que sa réalisation a été sortie de son contexte, et que le logo de sa page personne a été sciemment enlevé. Il regrette que son image ait été réutilisée pour diffuser une "information trompeuse" et souligne qu'il effectue régulièrement des montages humoristiques, sur tous types de thématiques. Il mentionne enfin le fait que Jean-Marie Bigard ait contribué à relayer ce faux.

En marge de ces remarques, il faut préciser que le transport des vaccins fait l'objet d'une surveillance toute particulière et d'une organisation rigoureuse, précisée par une note interministérielle envoyée aux préfets et aux Agences régionales de santé. En pratique, afin d'éviter toute tentative de vol, les camions sont escortés "par des voitures de police, banalisées ou non", rapporte Sud Ouest. Un convoi survolé par des drones. Quant aux itinéraires empruntés, ils varient chaque jour, tandis que les chauffeurs tenus au secret ne peuvent réaliser aucune pause sur leur trajet. Pas d'arrêt sur les aires d'autoroutes non plus, afin de ne pas exposer la cargaison à d'éventuels vols. Outre des larcins, les autorités craignent de possibles actions menées par les opposants aux vaccins, et souhaitent enfin de prémunir de toute menace terroriste. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Couvre-feu à 18h : commerces et enseignes s'adaptent en ouvrant leurs portes plus tôt

Lire et commenter