Un Français sur trois ne mange plus à table : ce que ce changement dit de notre art de vivre

Un Français sur trois ne mange plus à table : ce que ce changement dit de notre art de vivre

CONSOMMATION – D’après une étude, un Français sur trois ne mange plus à table, préférant la table basse du salon ou même… le lit. Cette évolution révèle-t-elle un changement dans l’art de vivre à la française ? Eléments de réponse.

Un anniversaire, des retrouvailles ou un mariage, un succès à fêter ? La question ne se pose pas : un repas ! C’est comme ça, en France, que se célèbrent les évènements importants de la vie. A coups de gueuletons, de ripailles, ou de mets fins. Pourtant, ce plaisir de l’art de vivre à la française serait-il en train de disparaître ?

Pour manger, les Français restent sédentaires

C’est ce que laisse croire une étude, réalisée par la société Yougov pour Alloresto, dévoilée ce mardi dans Le Parisien, qui explore notre relation à la table et nos nouveaux modes de consommation : 29 % des Français interrogés, soit un sur trois, ne mange plus à table. Pour se sustenter, les Français utilisent, de plus en plus, la table basse du salon (8%), le canapé (5%), devant l’ordinateur (3%) et même… le lit : 1% des Français mangent en effet sous la couette. Une pratique émergente certes, mais un pourcentage qui s’élève même à 9% en région parisienne, petits logements obligent. Cette petite révolution dans les habitudes vient d’abord des étudiants, mais aussi des addicts aux écrans, ou des jeunes couples, qui veulent partager un moment ensemble.

Ne plus s’assoir à table… La coutume est pourtant connue et reconnue, gravée dans le marbre de l’Unesco, qui a inscrit en 2010 le "repas gastronomique des Français" sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le site de l’Unesco rend d’ailleurs une hommage appuyé à cette "pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et groupes". Le repas, en France, c’est l’art du bien-manger, et du bien-boire, mais c’est aussi tout un ensemble d’éléments : "fait d’être ensemble", "plaisir du goût", harmonie entre "l’être humain et les productions de la nature". Et, affirme l’Unesco, parmi les critères qui font qu’un repas est bien "à la française", figure en bonne place la "décoration de la table". 

Pour les plus jeunes : repas tardifs et... en ligne

Si, donc, de plus en plus de Français commencent à se tourner vers le canapé ou la table basse, qu'on se rassure : tout cet art de vivre à la française n’est pas (encore) en train de disparaître. D'abord, parce que ces pratiques ne sont pas pour autant synonymes de "plateau-télé", mais sont aussi des façons de passer outre un certain protocole, celui de la table bien dressée et du couvert aligné, et des contraintes qui y sont liées ; mais ne signifie pas pour autant que les Français abandonnent ce moment de pause, qui reste sacré : pour manger, les Français restent sédentaires. En effet, pas question de manger en marchant, par exemple.

 Enfin, rappelle l'étude, 42% des sondés - tout de même - continuent de manger dans leur salle à manger, et 26% dans la cuisine. L’heure des repas reste aussi un fondamental : plus d’un sur deux déjeune entre 12h30 et 13h30 (51%) et dîne entre 19h30 et 20h30 (52%). Ceux qui font entorse à ce rythme sont, là encore, les jeunes, beaux retardataires : ils sont 7% à déjeuner après 13h30 et 16% à dîner après 20h30. Ce sont aussi eux, qui s’adonnent de plus en plus au repas en ligne : ils sont 54% chez les 18-24 ans, contre 12% chez les 55 ans et plus.

Etude réalisée du 13 au 16 janvier pour Allo Resto auprès d'un échantillon de 1002 personnes. 

Lire aussi

En vidéo

VIDEO. Un repas orgasmique à base de chocolat !

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'épidémie devrait redémarrer "cet automne", prévient Arnaud Fontanet

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

EN DIRECT - L'UE appelle à "renforcer la confiance" avec Washington après la crise franco-américaine

EN DIRECT - Covid-19 : 1656 patients toujours en soins critiques, la pression hospitalière en baisse

Quatre piétons fauchés par une automobiliste sur les Champs-Élysées, trois en urgence absolue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.