Un journaliste de iTélé révèle avoir été victime de pédophilie

SOCIÉTÉ
DirectLCI
TEMOIGNAGE - Journaliste sur la chaîne iTélé, Adrien Borne a décidé de rompre le silence : sur son Facebook, il a révélé être victime de pédophilie. Une terrible expérience survenue durant son adolescence.

Son témoignage, poignant, s'est rapidement diffusé comme une traînée de poudre. Adrien Borne, présentateur du 10-13h sur iTélé, a publié ce mardi un message sur Facebook dans lequel il raconte comment un homme a abusé de lui, à l'époque où il n'avait que 13 ans.

"Je voulais vous dire que, comme d’autres, j’ai été abusé par un homme que le terme générique regroupe dans la catégorie pédophile. Comme il paraît simple de condenser une telle horreur", débute le journaliste, passé auparavant par RMC. Avant de dérouler son histoire : "J’étais dans une colonie de vacances et pendant une dizaine de jours, il est entré tous les matins dans ma chambre. Je n’ai pas bougé. Jamais. Pas crié. Jamais. Pas respiré. Jamais. Il repartait, toute la journée. Il rodait. Pour recommencer ensuite."

 "Nous ne périrons pas de leur violence"

Toujours dans le même message, Adrien Borne évoque son attitude durant les années qui ont suivi ce douloureux épisode. Il explique ne pas avoir "porté d'accusations" et avoir oublié le nom et le visage de son agresseur. Et d'ajouter : "À ce jour il a peut-être recommencé, fait encore plus mal et je n’ai rien fait pour l’en empêcher. À ma souffrance vient donc s’ajouter la culpabilité de ne pas avoir parlé, à l’époque."

Pourquoi cette prise de parole, des années après ? "A l'heure où la parole retrouve un sens", le journaliste fait part de sa volonté de s'adresser aux autres victimes. "(…) Je veux te parler à toi, victime de leurs mains et de leur sentiment de puissance. Te dire que nous ne périrons pas de leur violence. Qu’il ne faut pas avoir peur de hurler, ne pas avoir peur de chuchoter ou de murmurer, ne pas avoir peur de nommer. Non. Pour toi et pour les autres que tu sauveras. Il faut dire. Dire encore. Dire que notre enfance n’est pas un terrain de jeu pour adulte. Dire que nous rendrons les coups."

A LIRE AUSSI >>  Pédophilie : 27 révocations dans l'Education nationale en 2015
 

Sur le même sujet

Lire et commenter