Un plan pour lutter contre le harcèlement à l'école

DirectLCI
HARCÈLEMENT - A la veille de la journée nationale "Non au harcèlement", le gouvernement a annoncé mercredi une série de mesures pour lutter contre ce type de violences à l'école. Et l'accent est particulièrement mis sur le cyberharcèlement.

"Non au harcèlement". A l'occasion d'une journée nationale pour combattre ces violences qui se tiendra le 2 novembre, le ministère de l'Education a annoncé plusieurs dispositions. Il entend particulièrement sensibiliser sur le cyberharcèlement. Selon une enquête de la professeure en sciences de l’éducation Catherine Blaya réalisée en 2015, 42% des élèves interrogés au collège ont été victimes de cyberviolences et 6 % de cyberharcèlement.

La création d'un guide sur le cyberharcèlement

Un nouveau guide sera mis en place afin d'expliquer ce qu'est le cyberharcèlement et les cyberviolences. Il sera divisé en fiches pratiques, et donnera également des informations sur le cadre juridique existant pour protéger les victimes et les actions qui peuvent être menées.

Un clip de sensibilisation

Pour atteindre les jeunes, un clip de sensibilisation va être diffusé. Dans ces images, on voit une jeune fille consulter son téléphone le soir au moment de se coucher. Elle y découvre le message "Tu ne mérites pas de vivre" sur un réseau social qui est "liké" par ses camarades, dont son meilleur ami. 

Les horaires élargis pour le numéro vert

Le 30 20 est un numéro gratuit qui permet à ceux qui le souhaitent de parler ou de signaler du harcèlement à l'école. Les horaires d'écoute seront désormais élargis de 9h à 20h en semaine et le samedi de 9h à 18h. Les personnes qui appellent sont alors aidées, accompagnées, orientées. Si un cas est avéré, elles peuvent être mises en relation avec un "référent harcèlement" de l'académie ou du département. Dans ce cas, ce dernier en parlera avec l'établissement pour résoudre le problème. Ces référents vont d'ailleurs être plus nombreux, ils passeront de 250 à 300.

Les cyberviolences à caractère sexuel devenus un délit

Un article de la loi du 7 octobre 2016 pour une République Numérique fait des actes de cyberviolence à caractère sexuel un délit. La diffusion, sans l'accord de la personne concernée, de "paroles" ou d'"images présentant un caractère sexuel" est passible de deux ans d'emprisonnement et de 60.000 euros d'amende.

En vidéo

Harcèlement à l’école : un collège met en place l’opération "copains vigilants"

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter