Le premier pressing pour baskets ouvre à Paris

DirectLCI
TENDANCE - Fini les vieilles chaussures sales qui finissent à la poubelle ! Un jeune entrepreneur a eu l'ingénieuse idée de leur consacrer un endroit pour en prendre soin. Il a ouvert en décembre, BBB, le premier pressing pour baskets à Lille. Et ça cartonne. A tel point qu'une autre boutique va voir le jour mi-avril à Paris.

On a tous eu, au moins une fois, la mauvaise idée de mettre sa paire de baskets sale dans la machine à laver. Bien mal nous en a pris : le blanc vire en général au jaune. Sans parler de celle en cuir qu'on tartine de cirage incolore pour un résultat du plus mauvais effet.


Fort de ce constat, Brandon Mariadi, 24 ans, a décidé de créer le premier pressing pour baskets (et chaussures en tout genre) à Lille. Bingo ! Ouvert début décembre, BBB ne désemplit pas et attire même des clients venus de très loin. "J'ai senti le truc", nous dit-il, pas peu fier. "On donne bien sa voiture ou son linge à laver, pourquoi pas ses chaussures". Résultat, une deuxième boutique BBB ouvre mi-avril dans le 7ème arrondissement à Paris *, avant plusieurs autres franchises dans le reste de la France.


Ses techniques et ses produits de nettoyage, Brandon Mariadi les garde pour lui. Tout juste, nous révèle-t-il, que "ce sont des recettes qu'il a mises au point lui-même" et "qu'il utilise des produits bio". Encore une tendance du moment. Décidément ce jeune homme a du flair. Autre atout, les prix, abordables. "Compter 10 à 20 euros le lavage, selon la matière, pour une intervention réalisée en deux jours", avance-t-il. Les photos postées sur Twitter ou sur son compte Facebook donnent plutôt envie de lui laisser sa paire préférée. 

40 à 50 paires de baskets par jour

Brandon Mariadi nettoie à lui tout seul 40 à 50 paires de baskets par jour. Sans compter les retouches et éventuellement quelques customisations. "Les chaussures de sport, c'est le gros de ma clientèle mais les talons hauts et les bottes n'ont également plus de secret pour moi", lâche-t-il. Un beau succès pour ce jeune entrepreneur qui a su surfer sur la tendance. Car les baskets sont désormais aux pieds de tout le monde. 


Autrefois réservés aux sportifs, elles déambulent maintenant sur les podiums des défilés. Voyez plutôt : "67, 3 millions de paires ont été vendues en 2016 en France, soit un marché de 2,9 milliards d'euros", analyse pour LCI David Richard, directeur sport France chez NPD Group, une société qui analyse les tendances des consommateurs. "Il faut se rendre compte que c'est 5,5 millions de paires de plus que sur les douze mois précédents", relève-t-il. "50% de ces achats viennent des femmes, et le phénomène touche toutes les tranches d'âge".


Conséquence, le marketing autour de la sortie d'une nouvelle paire de basket est parfois digne de celui d'un smartphone, et les prix explosent, oscillant entre 40 et 100 euros. Parmi les marques les plus populaires, Adidas et Nike tiennent toujours le haut du panier. Elles engrangent, à elles seules, 61% du marché, selon les chiffres fournis à LCI par le comparateur de prix Idealo


Et les deux leaders ne manquent pas d'idées pour garder la main. Adidas a ainsi ressorti, début 2014, SA Stan Smith (+ 398% des ventes en 2015 par rapport à 2013), des baskets désormais cultes, qui avait été dessinées dans les années 70 pour le joueur de tennis du même nom. Résultat, c'est l'overdose sur les pavés à tel point qu'un compte Instagram Stansmithophobe a vu le jour pour dénoncer avec humour le phénomène.

* BBB : 20, rue du Champ de Mars, 75007 Paris.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter