Une 6e République oui, mais féministe

Une 6e République oui, mais féministe

DirectLCI
POLITIQUE - Plusieurs personnalités vont rallier mercredi l'appel de Jean-Luc Mélenchon pour une 6e République. Mais ces derniers veulent inscrire l'égalité homme-femmes dans la Constitution.

Le mouvement pour la 6e République prend de l'ampleur. Lancé à la rentrée par Jean-Luc Mélenchon, il a déjà réuni des politiques, des syndicalistes ou des chercheurs . Mais il manquait une corde à l'arc de l'ex-président du Parti de gauche : les féministes. C'est désormais chose faite. Mercredi, une dizaine de militants vont publier une tribune pour réclamer l'instauration d'une nouvelle constitution. 

Parmi leurs revendications ( à lire ici ), les signataires veulent "l'accès égal des femmes et des hommes aux mandats électoraux" ainsi qu'une mention, dès le préambule de "l'égalité des personnes, sans distinction de sexe, d'orientation sexuelle et d'identité de genre". Le texte a été signé notamment par Inna Shevshenko, la leader des Femen, la sociologue Christine Delphy ou l'ancienne prostituée Rosen Hicher. Mais il a aussi été paraphé par des hommes, comme l'écologiste Julien Bayou, l'avocat Martin Pradel ou le réalisateur Stéphane Cazes.

Une démarche "trop partisane"?

"La Constitution en France a été construite sur un système politique patriarcal, dénonce Fatima Benomar, du collectif des Effrontées, également signataire. Nous voudrions par exemple que le droit à disposer de son corps soit inscrit dans le marbre". Selon la jeune femme, face "à la participation de plus en plus faible aux élections" et "à la montée des extrêmes", l'instauration d'un nouveau système est "l'alternative". 

D'autres grandes organisations féministes ont choisi de leur côté de ne pas signer. C'est le cas d'Osez le Féminisme . "Sur le fond, le constat est juste, concède la porte-parole, Anne-Cécile Mailfert. Mais nous ne voulons pas dépendre de démarches trop partisanes". Jean-Luc Mélenchon avait pourtant assuré qu'il allait réunir des sensibilités transpartisanes pour son mouvement de refondation de la vie politique. 70000 personnes ont déjà signé la déclaration qui a été mise en ligne fin septembre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter