Une de Charlie Hebdo : comment réagit la communauté musulmane ?

SOCIÉTÉ

POLÉMIQUE - Alors que l'équipe de Charlie Hebdo vient de présenter son nouveau numéro à la presse, caricature de Mahomet à la Une, de nombreux responsables musulmans ont appelé au calme. Mais à l'étranger, les autorités religieuses sont plus véhémentes.

Ils avaient prévenu. Les dessinateurs de Charlie n'allaient pas se laisser faire. Et ce mercredi, dans les kiosques, c'est encore une fois une caricature de Mahomet, qui s'affiche en Une, tenant un panneau "Je suis Charlie". Une représentation, qui, dans l'islam, est interdite.

EN SAVOIR +
>>
Décimée, l'équipe de Charlie Hebdo présente son journal des survivants
>> Où s'arrête la liberté d'expression en France ?
>> Le 7 janvier, mercredi noir pour la liberté d'expression

Rapidement, le Conseil français du culte musulman (CFCM) et l'UOIF (proche des Frères musulmans) ont appelé la communauté musulmane à la retenue. Elles ont demandé aux fidèles de garder leur calme, "en évitant les réactions émotives ou incongrues incompatibles avec sa dignité et sa réserve, tout en respectant la liberté d'opinion".

"Acte de guerre"

M'hammed Henniche, responsable de l'union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis, a défilé, dimanche, avec ses fidèles. Mais il reste sceptique quant à la réponse de Charlie. "Ils ont voulu avoir le dernier mot. Très bien. Mais beaucoup de fidèles ont maintenant envie de passer à autre chose, explique-t-il. L'insulte n'est pas une bonne démarche".

Si, en France, l'heure est à l'apaisement, à l'étranger, certains sont plus virulents. En Egypte, l'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a estimé que la Une était une "provocation injustifiée (…) Cette édition entraînera une nouvelle vague de haine dans les sociétés française et occidentales, et ce que le magazine fait ne sert pas la co-existence et le dialogue culturel auxquels les musulmans aspirent". Pire : au Royaume-Uni, alors que le numéro sera traduit en anglais, l'immam radical Anjem Choudary a parlé "d'acte de guerre".  Il a déjà prévenu qu'il y aurait "des répercussions".

Mardi après-midi, lors de la présentation du nouveau numéro, l'équipe de Charlie Hebdo assumait totalement. Luz, l'auteur du dessin, était même confiant : "Je n'ai aucune inquiétude au sujet de ma couverture car je pense que les gens sont intelligents. Toujours plus qu'on ne le croit."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter