Son voile cachait ses oreilles : elle ne peut entrer dans la salle d'examen du code

SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

La polémique autour du burkini

MALENTENDU - A Paris ce vendredi 2 septembre, une jeune femme a été empêchée, dans un premier temps, d'accéder à la salle d'examen du code de la route de Ledru-Rollin car son voile "ne laissait pas apparaître ses oreilles". Contacté, le centre invoque "des consignes de sécurité".

Ce vendredi 2 septembre, une jeune femme a posté un message sur sa page Facebook, rapidement relayé par de nombreux internautes. Dans ce post, elle explique, en début d'après-midi, être en compagnie d'une femme voilée devant le centre d'examen du code de la route de Ledru-Rollin, à Paris... sans possibilité de rentrer pour passer le test.


Selon elle, l'examinateur aurait refusé de laisser passer la femme porteuse d'un voile, au motif que celui-ci "ne laissait pas apparaître ses oreilles". "Cela fait cinq fois qu'elle passe son permis sans avoir eu de problèmes dans d'autres centres" précise-t-elle encore.

Des consignes de sécurité

Que s'est-il passé exactement devant ce centre d'examen ? Pour le savoir, LCI a contacté le centre SGS Objectif Code de Paris. Notre interlocutrice, responsable marketing et communication du pôle "transportation", a bien eu vent du différend. "L'examinateur nous a appelés tout de suite pour expliquer la situation", précise-t-elle, avant de détailler : "Nous avons reçu des consignes de sécurité de la part du ministère de l'Intérieur. Il nous faut vérifier que les oreilles sont bien dégagées à l'entrée de la salle d'examen, afin d'éviter la triche."


Et de récuser toute éventuelle discrimination à l'entrée de la salle : "Bien évidemment, les femmes voilées sont autorisées à venir passer le code. Nous leur demandons simplement de dégager leurs oreilles. Il me semble que cette personne a refusé de le faire, dans un premier temps. C'est pourquoi la situation a un peu duré."

Une heure de discussion sur un malentenduLilia

Deux heures après la publication de son premier post, Lilia a précisé, toujours via Facebook, avoir été finalement autorisée, avec son amie, à passer le code en deuxième session, "après une heure de discussion sur 'malentendu' selon la personne en charge de l'examen", dit-elle.


Du côté du centre SGS, on confirme que la femme voilée a finalement pris place dans la salle, au cours d'une session plus tardive. "Elle a été reçue à l'examen" précise-t-on à LCI. Contactée, la jeune femme auteure du message Facebook n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter