Une jeune maman se confie sur son burn-out maternel sur Facebook, son message devient viral

Une jeune maman se confie sur son burn-out maternel sur Facebook, son message devient viral
SOCIÉTÉ

DÉPRESSIOn - Brittany Ernsperger, une jeune maman américaine, a décrit sur Facebook ses difficultés pour lutter contre la dépression et l'anxiété au quotidien. Son message devenu viral est un espoir pour libérer la parole sur cette maladie dont souffrent plus de 300 millions de personnes dans le monde.

Pas le temps, pas envie… Nous avons tous un jour ou l’autre remis la corvée de la vaisselle ou du linge à plus tard. Mais pour certaines personnes, ces tâches du quotidien peuvent devenir de véritables épreuves, pour lesquelles elles ne trouvent plus l’énergie nécessaire. On parle alors de dépression ou, plus récemment, de "burn-out maternel". Il touche de plus en plus de mères, submergées par une fatigue physique et psychique. A l'instar de Brittany Ernsperger, une jeune mère américaine qui, sur Facebook, a posté un long message décrivant son quotidien. 

Lire aussi

En description d’une photo d'une immense pile de vaisselle, Brittany Ernsperger écrit : “Voici à quoi ressemble la dépression”.

Dans ce message Facebook, elle exprime son mal-être et décrit ses blocages au quotidien : “Il y a trois jours, j’étais assise sur le sol de la cuisine et je regardais la pile de vaisselles en pleurant. Je savais que je devais la faire. Je voulais vraiment la faire. Mais la dépression m’a tirée vers le bas. Elle m’a aspirée. Comme un trou noir.” Au moment où elle poste cette photo, la vaisselle est propre, mais elle ne l'avait pas faite "pendant deux semaines". Elle parle également de ses difficultés à s’occuper du linge, du ménage, des repas. Ou simplement de son combat pour s’habiller, prendre une douche, habiller les enfants, se brosser et leur brosser les dents. “Toutes les tâches normales du quotidien deviennent un cauchemar”, confie la jeune femme.

Lire aussi

La dépression et l'anxiété, un cercle vicieux

“Sans valeur. Nulle. Incompétente. Stupide. Paresseuse. Voilà ce qui traverse l’esprit de quelqu’un souffrant de dépression. Toute. la. journée.” écrit Brittany. La jeune maman parle de la culpabilité que cette procrastination involontaire provoque chez elle. Elle raconte qu’en passant devant cette pile de vaisselles matin et soir, elle se disait qu’elle pouvait y arriver. Mais qu’elle n’en avait pas la force et que chaque jour qui passait la faisait se sentir un peu plus vaincue. La dépression étant alors un cercle vicieux : être incapable d’accomplir quelque chose fait se sentir en état d’échec, donc amène à se sentir encore plus accablée, donc à avoir encore moins de motivation pour accomplir quelque chose. 

Souffrant également d'anxiété, Brittany Ernsperger confie avoir peur que son mari la quitte, et être effrayée à l'idée d'inviter des gens chez elle. Elle explique aussi avoir l'impression d'être une mauvaise mère, "parce que pour le troisième soir d'affilée, vous n'avez pas de vaisselle propre pour cuisiner. Donc vous leur donnez de la pizza. Encore une fois."

Une parole libératrice

La dépression touche plus de 300 millions de personnes dans le monde, soit une augmentation de 18% de 2005 à 2015. L’OMS (Organisation mondiale pour la Santé) estime que les troubles dépressifs représentent le 1er facteur de morbidité et d’incapacité sur le plan mondial. Pourtant, cette maladie reste taboue : “la dépression est quelque chose dont les personnes ‘fortes’ ne parlent pas car elles ne veulent pas passer pour des ‘faibles’” écrit Brittany Ernsperger. La maman de 25 ans tient donc à adresser un puissant message d'encouragement aux personnes qui, comme elle, sont dépressives. “Vous n’êtes pas faibles. Vous avez été forts pendant si longtemps et traversé tant de choses, que votre corps a besoin d’une pause. Je m'en fiche que la seule chose que vous ayez faite aujourd'hui, c'est de mettre du déodorant. Je suis fière de vous pour ça. Bien joué. Je suis de votre côté." écrit-elle.

Le message, publié le 30 juin, est rapidement devenu viral. Partagé plus de 207.000 fois, il a reçu plus de 800 commentaires, majoritairement de femmes avouant se reconnaître dans les mots de Brittany, qui présentent tous les symptômes du burn-out maternel.  Elles la remercient d'être si sincère et d'avoir brisé le silence. Face au nombre de réactions, Brittany a actualisé son message. Elle invite les femmes qui ressentent la même chose qu'elle à lui envoyer une demande d'ajout en ami, pour en parler et s'entraider, "pour trouver une solution ensemble". Elle assure ne chercher aucune sympathie, et conclut simplement par "Je suis là pour vous".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent