Une mosquée de Torcy fermée par la préfecture pour "menace grave pour la sécurité et l'ordre public"

Une mosquée de Torcy fermée par la préfecture pour "menace grave pour la sécurité et l'ordre public"

SOCIÉTÉ
DirectLCI
FERMETURE - Une mosquée se situant à Torcy en Seine-et-Marne a été fermée ce mardi 11 avril par les autorités. Selon la préfecture, elle "légitime le djihad armé" et est "une menace grave pour la sécurité et l'ordre public".

Une mosquée gérée par l’association Rahma, qui se trouve à Torcy, a été fermée mardi matin par la police sur arrêté du préfet de Seine-et-Marne signé ce lundi 10 avril, selon les informations de nos confrères du Parisien. Le préfet a déclaré que "la mosquée, qui compte jusqu'à 500 fidèles à l'occasion de la prière du vendredi, constitue un lieu de référence influent de la mouvance salafiste, prônant un islam rigoriste, et représente, par les propos qui y sont tenus et par son influence, une menace grave pour la sécurité et l'ordre public" tout en "légitimant le djihad armé".


L'arrêté ne met pas seulement en cause la mosquée, mais également ceux qui la gèrent, l’Imam et président de l’association Rahma, Abdelali Bouhnik, et son suppléant Mohammed Tlaghi : "Ils se signalent depuis des années par des prêches ouvertement hostiles aux institutions, aux lois républicaines, à la laïcité ainsi qu’aux occidentaux, aux chiites et aux juifs, présentés commes des ennemis à combattre. Les deux imams de la mosquée ont explicitement légitimé le djihad armé en appelant les fidèles à prier pour les djihadistes du monde entier afin de détruire les ennemis de l’islam en France et dans le monde".

Dans un communiqué de presse, Matthias Fekl, le ministre de l'Intérieur, explique que "la mosquée était devenue un lieu où étaient prônés une idéologie radicale ainsi que des incitations au djihad. Certains prêches, ouvertement hostile aux lois républicaines, incitaient à la haine envers les autres communautés religieuses, au premier rang desquelles les musulmans chiites et les juifs (...) Dans le contexte de l’état d’urgence, le ministre a ainsi décidé de prononcer la fermeture de la mosquée. Cette décision a été prise et notifiée, comme la loi le prévoit, par le préfet de Seine-et-Marne. Elle prend effet immédiatement."


L'Imam, qui est professeur de mathématiques au lycée, n'accepte pas la décision de la préfecture : "Ils m’ont dit qu’ils cherchaient des preuves. Je ne comprends pas, c’est injuste. Jamais je n’aurais pu imaginer ça. C’est un coup de massue. On n’a jamais fait ce dont ils nous accusent". Il souhaite mettre cette affaire devant la justice pour "mettre au clair toutes ces accusations".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter