Une nouvelle Barbie débarque, à l'effigie de la mannequin grande taille Ashley Graham

Une nouvelle Barbie débarque, à l'effigie de la mannequin grande taille Ashley Graham
SOCIÉTÉ

POUPÉE - L'entreprise Mattel revoit les standards de taille de sa Barbie. Une décision qui réjouit la mannequin Ashley Graham, espérant que ça aide les jeunes filles à accepter et aimer leur corps.

Barbie va toujours plus loin. Le 14 novembre dernier, lors du gala des Glamour’s Women of the Year, la marque a dévoilé une toute nouvelle poupée à l’effigie d’Ashley Graham, mannequin grande taille de 28 ans. Pour la jeune femme, c’est une petite fierté personnelle.  Enfant, "je pensais que Barbie était parfaite", a-t-elle raconté au Huffington Post. "Si j’avais eu une poupée avec mes mensurations, j’aurais pensé que ma taille était normale. Les jeunes filles grandissent aujourd’hui en voyant que leur corpulence est normale. Je trouve que c’est valorisant et encourageant pour la nouvelle génération", a-t-elle témoigné au cours de la soirée.

L’Américaine, très impliquée dans la cause de l’acceptation physique de soi, a participé à l’élaboration de sa Barbie. "Nous avons pris des photos de mon corps à 360°. Mon prérequis, c’était que les cuisses de la Barbie se touchent. Je leur ai même dit : 'Les gars, si ça ne se touche pas, elle ne sera pas authentique'", a-t-elle encore affirmé. Et le résultat a visiblement comblé la jeune femme. "Cuisses qui se touchent, hanches rondes, bras et petit ventre!! Merci Mattel et Barbie de m'avoir immortalisée en plastique", a ainsi commenté la mannequin en postant plusieurs clichés de sa Barbie.

Révolution signée Mattel

La nouvelle fait du bien aussi à l’entreprise Mattel, créateur de Barbie, qui a souffert ces dernières années des nombreuses critiques en raison des formes disproportionnées de ses poupées. Jambes beaucoup trop longues par rapport au buste, tête trop grosse, taille trop fine… Barbie était attaquée de tous les côtés car ne représentant pas assez la silhouette féminine réelle. Ainsi, la marque a repensé quelque peu sa stratégie. En janvier dernier, elle annonçait la sortie d’une poupée aux formes rondes, davantage représentative des courbes féminines. Et aussi la commercialisation de versions "petite" ou "grande". Une stratégie également marketing afin de venir compenser l’érosion des ventes. En baisse depuis 2012, elles avaient reculé de 15% sur les neuf premiers mois de l’année 2015.

Lire aussi

    En vidéo

    Barbie (plus ronde) fait son come-back : une poupée "dans l'ère du temps"

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent