Une pétition réclame la légion d'honneur aux sauveteurs de l'alpiniste Elisabeth Revol

Société
DirectLCI
HÉROS - Un habitant de l’Eure de nationalité polonaise a lancé une pétition afin d’accorder la légion d’honneur à ses compatriotes alpinistes, qui ont participé au sauvetage d’Elisabeth Revol, fin janvier dans le massif himalayen.

Fin janvier, l’alpiniste française Elisabeth Revol a été secourue par quatre alpinistes polonais lors de sa descente du Nanga Parbat, l’un des sommets les plus hauts du monde, situé dans l’Himalaya. Les quatre hommes, qui participaient à une expédition au K2, ont pris la décision, au péril de leur vie, de porter assistance à l’alpiniste française.


Une initiative héroïque qu’un artisan polonais vivant dans l’Eure souhaite aujourd’hui voir récompensée par la Légion d’honneur. Piotr Packowski a récemment lancé une pétition sur le site Mes Opinions pour convaincre le sénateur de sa circonscription, Ladislas Poniatowski, de porter sa requête. 

"L'attribution du grade de Chevalier de la Légion d'honneur à ces hommes qui, dans le meilleur esprit de l’alpinisme, ont fait preuve d’un dévouement altruiste pour aider une camarade alpiniste en difficulté et qui, ce faisant, se sont mis en danger et ont pris le risque de sacrifier leur propre objectif, serait une reconnaissance méritée", écrit-il.

"Si on peut faire quelque chose, c'est très bien"

Interrogé par Le Parisien, Ladislas Poniatowski indique avoir transmis cette demande au groupe d'amitié France-Pologne au Sénat, dont il est vice-président. "Si on peut faire quelque chose, c'est très bien", dit-il. A ce jour, cette pétition est soutenue par un peu plus de 450 signataires.


Si cette opération de secours inédite a permis de sauver Elisabeth Revol, son compagnon de cordée, le Polonais Tomasz Mackiewicz, n’a malheureusement pas connu le sort. Les sauveteurs n'ont pas été en mesure de l'atteindre et ont dû prendre la lourde décision de l’abandonner à plus de 7000 mètres d'altitude. Elisabeth Revol a été évacuée le 28 janvier à Islamabad, au Pakistan, et a depuis regagné la France. Souffrant de gelures aux mains et au pied gauche, elle suit actuellement un traitement particulier pour tenter d'éviter une amputation.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter