Une vidéo choc pour dénoncer ces élevages qui étouffent des poussins

SOCIÉTÉ
AGROALIMENTAIRE – Une association de défense des animaux publie une vidéo qui montre les sévices que subissent certains poussins quand ils naissent dans les couvoirs.

Les élevages de poulets avaient déjà la réputation d'être cruels envers les animaux , voilà qui devrait verser de l'eau au moulin de leurs détracteurs. L'association de défense des animaux L214 publie ce mercredi une vidéo filmée clandestinement dans un couvoir . Âmes sensibles, s'abstenir.

Les images, tournées dans une entreprise de Bretagne selon l'association L214, montre une journée "normale" de la vie d'un couvoir. Des poussins naissent et sont triés par les ouvriers en fonction de leur sexe. C'est ensuite que ça se gâte. Car un certain nombre d'entre eux sont systématiquement tués dès la sortie de l'oeuf, qu'ils soient passés à la broyeuse, étouffés dans des sacs-poubelles ou plus simplement jetés directement, encore vivants, dans la benne à ordure. "Les femelles de type 'pondeuse' sont conservées tandis que les mâles sont écartés et traités en déchets. Les poussins faibles ou malformés subissent le même sort", explique-t-on chez L214.

Les mâles de race "pondeuses", pas assez rentables ?

Pourquoi autant d'animaux sont-ils ainsi sacrifiés dès le jour de leur naissance ? Il faut savoir que les poulets élevés aujourd'hui ont fait l'objet d'une intense sélection génétique : ceux destinés à être mangés grandissent plus vite, tandis que ceux destinés à la ponte sont ceux qui font le plus d'oeufs. La conséquence, c'est que les mâles de la race "pondeuse" ne sont pas reconvertis en poulets destinés à la consommation, car les laisser grandir prendrait trop de temps et coûterait trop cher. Ils sont donc purement et simplement tués dès la naissance. "En France, sept couvoirs ont fait éclore 54 millions de poulettes en 2013. Environ autant de pousser mâles ont, eux, été tués", constate l'association.

Pour éviter que ces comportements se perpétuent, L214 a lancé une pétition en ligne sur le site change.org afin de pousser le ministère de l'agriculture à faire interdire la mise à mort des poussins. "Ces images sont un véritable cauchemar qui brisent le cœur et inspirent une profonde indignation. Parce qu'aucun consommateur ne voudrait cautionner de tels sévices, nous mettons ces images à disposition du public pour lui permettre de prendre conscience de la maltraitance omniprésente dans les productions animales", explique Brigitte Gothière, la président de l'association.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter