Universalisme, intersectionnalité, postcolonialisme... dix termes militants ou universitaires qui font parler

Universalisme, intersectionnalité, postcolonialisme... dix termes militants ou universitaires qui font parler

LEXIQUE - Mais à quoi correspond "l'intersectionnalité", "l'universalisme" ou encore le "postcolonialisme" ? Qu'ils soient méconnus, tabous ou polémiques, on vous aide à vous y retrouver. Voici la définition de dix mots qui reviennent dans les débats.

Dans une interview pour la revue Elle, le président de la République s'est inquiété  de "voir la société se racialiser progressivement". Se revendiquant comme "universaliste", il a décrié l'approche intersectionnelle mise en avant par certaines féministes. 

Ce n'est pas la première fois que de tels termes reviennent dans le discours de certains hommes et femmes politiques. Ces notions, principalement issues des milieux universitaire ou militant, sont parfois vidés de leur sens au milieu des polémiques. D'autres sont utilisés sans être connus du grand public. L'occasion, avec ce lexique, d'un retour sur leur définition première. 

Des termes repris par le milieu militant

Universalisme : en philosophie, cette conception consiste à considérer qu'il y a des valeurs morales qui seraient communes à l'ensemble de l'humanité. En France, l'universalisme est souvent accolé au terme de républicain. Cette notion, héritée des Lumières, se base sur l'idée que les hommes sont libres et égaux en droit et la nation, une et indivisible. Mais si cette expression est très souvent utilisée sur les plateaux télévisés, elle ne correspond pas à un courant scientifique. 

Pour la sociologue et philosophe Irène Pereira, spécialiste des mouvements sociaux, ce terme serait surtout une "catégorie du débat politique". Si des gens se revendiquent comme universalistes républicains, ce "ne sont pas forcément des universitaires", nous indique la chercheuse. 

Intersectionnalité : cette notion désigne le fait de s'intéresser aux trajectoires des individus et analyser les discriminations qu'ils subissent en combinant les notions de sexe, de race et de classe sociale. Elle a été théorisée à la fin des années 1980 par l'afro-américaine Kimberlé Crenshaw. Cette juriste s'intéresse alors aux discriminations subies par des femmes qui sont ouvrières et noires, soit à l'intersectionnalité de trois discriminations. 

Si ce concept est d'importation étasunienne, des courants en France s'intéressaient déjà à un croisement des trajectoires en prenant en compte le sexe et la classe sociale. La notion a ensuite gagné les milieux militants et désigne alors plus globalement la convergence des luttes contre toutes les formes de discriminations. 

Des termes qui étudient et dénoncent les discriminations raciales

Études postcoloniales : ce champ d'étude, aussi appelé postcolonialisme, s'intéresse aux effets de la colonisation, pendant et après cette période. Ce champ d'étude s'est principalement développé dans des pays anciennement colonisés par l'Angleterre. Il ne faut pas confondre ces études avec la théorie décoloniale. Cette théorie, elle, prend pour base la colonisation par l'Espagne et le Portugal de l'Amérique latine. 

Cette théorie étudie comment les structures de la colonisation continuent de perdurer dans des pays pourtant bien décolonisés. "Plus d'un siècle après la décolonisation, on voit ainsi en Amérique latine que les personnes blanches continuent d'avoir les postes de pouvoir, alors que les personnes afro-descendantes, elles, sont majoritairement sur des postes subalternes", donne ainsi en exemple Irène Pereira. 

Racisé : ce terme a été utilisé pour la première fois en 1972 par la sociologue Colette Guillaumin. En sciences sociales, il est utilisé pour désigner une personne victime de racisme et est largement utilisé depuis dans les études sur les discriminations. La "race" n'est alors pas considérée comme biologique, mais bien comme une construction sociale qui sert à exclure certains individus qui subissent le racisme. 

Être "woke" : ce terme désigne le fait d'être conscient des problèmes liés à la justice sociale et à l'égalité raciale. Au départ, ce terme est extrait de la chanson d'Erykah Badu. Dans sa chanson Master Teacher, elle répète plusieurs fois "I stay woke", pour signifier qu'elle reste vigilante et active contre les discriminations faites aux personnes racisées. Le terme s'est ensuite généralisé et ne concerne plus seulement le combat contre les discriminations raciales. 

Des termes liés au milieu LGBT+

La théorie queer : ce courant de recherche part de plusieurs études, dont l'essai Trouble dans le genre de Judith Butler, publié pour la première fois en 1990. Cette réflexion s'intéresse à la question de la pluralité des genres, à la manière dont les personnes incarnent ou pas les normes de genre et comment elles subvertissent ces normes. Selon cette théorie, le genre est une identité construite socialement selon le sexe des individus.

Passing : ce terme anglais désigne le fait d'être perçu, aux yeux des autres, comme appartenant à un genre différent de celui qu'on a attribué à la naissance.

Dysphorie de genre : ce terme désigne la détresse que peut ressentir une personne transgenre face à une inadéquation entre l'identité de genre dans laquelle la personne se reconnaît et le genre qu'on lui a assigné à la naissance.

Transgenre : une personne transgenre est une personne qui ne s'identifie pas au genre assigné à la naissance. Elle ne se reconnaît donc pas dans le système binaire homme/femme. Ce terme englobe toutes les personnes qui font le choix d'une transition, qu'elles aient recours ou non à un traitement médical et/ou à une chirurgie. 

Cisgenre : une personne cisgenre est une personne qui vit et qui se reconnaît dans le genre qui lui a été assigné à la naissance.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Quitté par son épouse Wanda, l'attaquant argentin Mauro Icardi ne s’entraîne plus avec le PSG

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.