Usurpations d'identités : le faux policier qui avait dupé Fogiel arrêté à Paris

SOCIÉTÉ
BUZZ - Fin de partie pour un serial usurpateur d'identité. Il avait dupé Marc-Olivier Fogiel, s’était fait passer pour le policier de la voiture incendiée rue de Valmy, et usurpé l’identité numérique d’un élu ex-FN à Montpellier. Cet Montpelliérain a été appréhendé à Paris la semaine dernière.

Pour le caméléon des écrans, la cavale est finie. Le faux policier "kung fu" et le faux conseiller antisémite de Montpellier, qui cachaient une seule et même personne, a été interpellé le 26 juillet, à Paris. L’homme âgé de 35 ans a été déféré devant le parquet de Paris, visé par deux enquêtes pour usurpation d’identité, a-t-on appris jeudi de sources policières, confirmant une information du site H24.

Traqué à la fois par la police parisienne et montpelliéraine, ce chômeur originaire de Montpellier est soupçonné d’avoir accordé une fausse interview à Marc-Olivier Fogiel sur RTL le 23 mai dernier. A l'antenne, il avait prétendu être le policier de la rue de Valmy, à Paris, dont la voiture avait été incendiée par le jet d’un fumigène. Rapidement rebaptisé "policier kung-fu"  sur les réseaux sociaux, cet agent s’était défendu avec flegme face à un individu cagoulé qui tentait de le frapper avec une tringle, en marge d’un rassemblement contre la "haine anti-flics".

EN SAVOIR + >> Qui est Kévin P., le policier de la voiture incendiée ?

La supercherie n’avait pas fait long feu. Kevin Philippy, le vrai policier, avait dévoilé l’usurpation. Floué, l’animateur vedette avait porté plainte contre X le 25 mai.

Un compte Twitter antisémite 
Et l'usurpateur n'en était pas à sa première mise en lumière médiatique. L'homme a en effet reconnu auprès de Buzzfeed être l’auteur d’une autre imposture, menée quelques jours plus tôt. Les faits remontent au 17 mai, lorsqu'un élu d’opposition à la mairie de Montpellier, Djamel Boumaaz, a échaudé la Toile en démâtant le drapeau arc-en-ciel hissé sur l’hôtel de ville , à l'occasion de la journée contre l’homophobie. Ce conseiller municipal, un ancien encarté Front national, disait en décrochant cet emblème LGBT vouloir "alerter l’opinion publique sur le lobby lesbien, gay, bi et trans qui envahit nos institutions".

Peu de temps après, un curieux compte Twitter était créé à son nom et déversait de nombreux tweets antisémites. L’élu d'extrême droite, qui ne rechigne pas à s’afficher aux côtés de Dieudonné ou à accorder des entretiens au site de l’idéologue d’ultradroite Alain Soral, affirme alors que le compte n’est pas le sien et dépose plainte. Si l'usurpateur confesse vite sa tromperie, le mal est fait : le maire de la ville héraultaise, Philippe Saurel, professe que "Djamel Boumaaz a franchi la ligne rouge de l'inacceptable" et saisit la justice. 

D'une pierre deux coups
Saisie, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de l'Hérault avait ouvert une enquête sur cette usurpation. Les deux affaires se sont croisées : toujours à la recherche du trompeur de Fogiel, les services de police de Paris ont finalement mis la main sur le suspect. "Il se trouve que, n'habitant pas Montpellier, cette même personne susceptible d'avoir créé le compte Twitter et d'avoir donné une fausse interview sous une identité usurpée a été interpellé par des collègues à Paris, qui étaient au courant de notre affaire et qui ont fait d’une pierre deux coups", confirme la DDSP ce mercredi.

Sollicité, le parquet de Paris n’avait mercredi après-midi pas retourné nos appels. toutefois selon H24, l'homme a reconnu tous les faits en garde à vue et a été mis en examen le 28 juillet par un juge d'instruction.

Cette étrange série d'usurpations tient au profil singulier de leur auteur, qui a avoué vouloir faire le buzz. Auprès de Buzzfeed News, il disait "s'ennuyer" et "passer beaucoup de temps sur internet". Concernant les tweets au nom de Djamel Boumaaz, il affirme confusément que "l’action de cet élu avait été un peu passée sous silence et qu’il était allé trop loin" tout en souhaitant "faire le buzz et voir les gens qui tombaient dans le panneau." Un pari plutôt réussi.

Lire et commenter