Va-t-on manquer de carburant ? Les agriculteurs bloquent 13 raffineries et dépôts

DirectLCI
ESSENCE - La FNSEA a bloqué pendant plusieurs heures 13 raffineries et dépôts de carburant du groupe Total pour protester contre les importations d'huile de palme qui nuisent, selon le syndicat agricole, aux producteurs français de colza dans la conception des biocarburants. A la mi-journée, le blocage du site Total de La Mède a été levé. Les conséquences sur l'approvisionnement des stations devraient être mineures.

Vers une pénurie d'essence en France ? On en est encore très loin. Mais depuis dimanche soir, les agriculteurs français étaient appelés par la FNSEA à bloquer 13 raffineries et dépôts de carburant du groupe Total avec des tracteurs et des tentes pour protester contre l'importation d'huile de palme, que le syndicat agricole accuse de nuire aux producteurs français d'huile de colza. 


Les 13 sites visés sont ceux de Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville l'Orcher (Seine-Maritime), Dunkerque (Nord), Coignières (Yvelines), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Grandpuits (Seine-et-Marne), Vatry (Marne), Strasbourg (Bas-Rhin), Cournon (Puy-de-Dôme), Lyon et Feyzin (Rhône), La Mède (Bouches-du-Rhône) et Toulouse. Un chiffre à mettre en perspective avec les sept raffineries et 200 dépôts dont environ 90 dépôts principaux, que compte la France. La FRSEA d'Ile-de-France a toutefois annoncé son intention de bloquer également le dépôt de carburant de Grigny (Essonne), paralysant ainsi les principaux dépôts de la région.

13 sites bloqués

Dimanche soir, les premiers blocages avaient débuté, notamment à Vatry, où une centaine d'agriculteurs ont déversé des gravats et de la terre à l'aide de tracteurs pour barrer la route.


A Strasbourg, "entre 130 et 140" d'entre eux se sont installés à l'entrée du dépôt pétrolier du port du Rhin. Avec une vingtaine de tracteurs, ils comptent "bloquer dès cinq heures (du matin) les camions citernes", affirme Franck Sander, de la FDSEA du Bas-Rhin. Des tentes ont également été montées. "On est installé pour la semaine", annonce-t-il.


Une cinquantaine d'agriculteurs étaient par ailleurs présents sur le rond-point à l'entrée d'un dépôt de carburant près de Toulouse, selon la FRSEA Occitanie.


 "Nous avons entre 70 et 160 personnes sur 13 sites, et un quatorzième va  être bloqué à partir de 9H30, celui de Donges en Loire-Atlantique", a indiqué  lundi matin à l'AFP Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, premier syndicat agricole français qui a appelé au mouvement avec celui des Jeunes  Agriculteurs (JA) pour trois jours reconductibles.


Finalement à la mi-journée, le site de la Mède a été débloqué. "Nous n'avons pas obtenu ce que nous voulions, on ne se sent pas aidés,  mais les agriculteurs sont fatigués et sont obligés de retourner travailler", a  déclaré à l'AFP Jean-Paul Comte, le président de la FRSEA des  Bouches-du-Rhône.

En vidéo

Les agriculteurs bloquent les raffineries : les images à Grandpuits

Ils dénoncent "le double langage du gouvernement"

La profession a en ligne de mire, en particulier, la bio-raffinerie de La Mède, qui va utiliser à partir de sa mise en service, cet été, 50% d'huile de palme importée, moins chère, pour produire du biocarburant. Au total : 300.000 tonnes de cette huile, exploitée au prix de la déforestation en Malaisie ou Indonésie et présentant un très mauvais bilan carbone. Une concurrence redoutée par les producteurs de colza, qui dénoncent, selon la FNSEA, "le double langage du gouvernement" qui autorise, dans le cadre des négociations internationales, des contingents d'importation complémentaires d'huile de palme. 

En vidéo

Les agriculteurs bloquent les raffineries : les images à Gennevilliers

"C'est la goutte d'huile de palme qui fait déborder la coupe des problèmes des paysans", détaille Pierre Lebaillif, président des Jeunes Agriculteurs. "Pour l'exploitation qui produit du colza, ça peut être à l'avenir des quantités à produire en moins ou des prix qui baissent." 

Le gouvernement inflexible, LaREM dénonce le double jeu de la FNSEA

Le blocage de l'approvisionnement sera toutefois limité dans la durée. L'action de la FNSEA est en principe prévue jusqu'au mercredi 13 juin, jour où doit se tenir à Bruxelles une réunion déterminante sur l'utilisation (contestée) de l’huile de palme dans les biocarburants. Les conséquences à la pompe pour les automobilistes devraient donc être minimes voire invisibles car la France dispose de plusieurs mois de réserves stratégiques.


Un arrêté préfectoral a autorisé le 16 mai le projet de la raffinerie de La Mède, malgré les prises de position du ministre Nicolas Hulot contre l'utilisation de cette ressource. Dans son combat contre l'importation d'huile de palme, la FNSEA offre, de façon inédite, un front commun avec les ONG environnementales, qui pointent les responsabilités de l'exploitation de l'huile de palme dans la déforestation et dans la perte de biodiversité.  Mais pour le porte-parole de LaREM, Gabriel Attal, la FNSEA joue un double jeu. 

En vidéo

Blocage des raffineries : "Il faut balayer un peu devant sa porte", juge Gabriel Attal

 Ce lundi matin, Stéphane Travert a indiqué que le gouvernement ne reviendra pas sur l'accord signé avec Total. Même son de cloche dimanche pour Gabriel Attal dans le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI dimanche. Le porte-parole de LaREM a d'abord tenu à expliquer aux agriculteurs s'apprêtant à bloquer raffineries et dépôts de carburant que l'Etat ne pouvait pas se dédire de l'accord scellant l'importation d'huile de palme par la bioraffinerie Total de La Mède, mais qu'il était "vigilant".  Cette raffinerie est "issue d'un accord signé entre le précédent gouvernement et Total. On n'a pas pour habitude de revenir sur des accords, on respecte cet accord, mais on le respecte avec vigilance", a-t-il indiqué. "On a demandé à Total de réduire la part d'importation d'huile de palme dans cette raffinerie, elle sera en dessous des 50%", et de "développer une haute qualité environnementale".  


Il a en outre voulu "dire aux agriculteurs qui se mobilisent - parce que derrière ça il y a un groupe, notamment Avril, le groupe de la filière colza française - que ce groupe lui-même importe 200.000 tonnes d'huile de palme chaque année et que donc il faut qu'ils disent qu'ils sont conscients des enjeux de compétitivité, et que si eux-mêmes importent des centaines de milliers de tonnes d'huile de palme, ils peuvent peut-être comprendre qu'aujourd'hui on ne peut pas en sortir tout de suite. Il faut donc balayer un peu devant sa porte", a jugé M. Attal.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter