Valérie Trierweiler en Inde : "Il me reste quand même quelques années à vivre"

Valérie Trierweiler en Inde : "Il me reste quand même quelques années à vivre"

Société
DirectLCI
REACTION – Valérie Trierweiler s'est exprimée lundi depuis Bombay, où elle effectue un voyage humanitaire. L’occasion pour l'ex-première dame de réagir pour la première fois à sa situation depuis l'éclatement du Gayetgate, il y a plus de deux semaines.

Comme prévu, Valérie Trierweiler s'est exprimée depuis Bombay, où elle effectue un voyage humanitaire en soutien à l'ONG Action contre la faim. Concentrée sur son texte, l'ex-compagne de François Hollande a elle-même évacué le problème de son statut après sa séparation avec le chef de l'Etat, officialisée samedi . Marquée, mais faisant manifestement face alors que le président a tenté ces derniers jours de la dissuader d'entreprendre ce voyage et de s'exposer, Valérie Trierweiler a lancé : "C'est un moment très important pour moi. C'est la troisième fois que je viens dans ce pays. La première fois, je suis venue entant que journaliste, la deuxième fois comme première dame et la troisième fois, qualifiez-le comme vous voulez".

Valérie Tierweiler a ensuite évoqué la situation de l'Inde et l'objet de la mission à laquelle elle apporte son soutien. "L'Inde est un pays extraordinaire mais qui a ses difficultés". "Plus d'un milliard de personnes vivent en Inde et beaucoup sont en difficultés, notamment en raison de malnutrition. Un enfant meurt toutes les trente secondes dans ce pays", a-t-elle rappelé.

"Il me reste quand même quelques années à vivre"

"Le gouvernement indien a mis en place différents programmes, on peut lui en être reconnaissant. Il faut aussi mettre en place la formation de personnel et Action contre la Faim est là pour l'accompagner", a-t-elle poursuivi, avant de conclure : "on peut tous faire quelque chose. On peut tous regarder qui est à côté de nous, c'est ce que je continuerais de faire". Une volonté de poursuivre son action humanitaire qu'elle a réitérée lors de la courte séance de questions.

Interrogée alors sur sa santé et son avenir, l'ex-première dame a affirmé se sentir "très bien ici", rappelant que ce voyage en Inde était en préparation "depuis six mois" et que "pour rien au monde, je n'aurais failli à mon engagement". Valérie Trierweiler a ensuite indiqué qu'elle ne savait pas encore ce qu'elle allait faire et qu'elle avait "le temps de réfléchir". "Il me reste quand même quelques années à vivre", a-t-elle fait remarquer ironiquement, avant de rassurer les journalistes :  "en tout cas, je l'envisage bien. Merci".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter