Valérie Trierweiler savoure sa "liberté" retrouvée

SOCIÉTÉ
DirectLCI
PEOPLE – Dans une brève interview accordée à BFMTV, l'ex-Première dame revient sur sa vie d'avant. Celle où, aux côtés de François Hollande, elle n'était pas une femme "libre".

"Je ne vais pas si mal", répond Valérie Trierweiler au journaliste qui la questionne sur son moral. Car du temps où elle était Première dame, elle avait oublié "une chose précieuse" dit-elle : "la liberté. Rien ne vaut la liberté !".

"Une grande part de bonheur"

Dans un entretien enregistré au cours de son déplacement humanitaire en Haïti et diffusé ce mardi par BFMTV , l'ancienne compagne de François Hollande n'est pas tendre avec l'Elysée. "Non, bien sûr que non je n'étais pas libre. Pas libre de m'exprimer, de penser, pas libre de parler, pas libre de bouger, libre de rien. Aujourd’hui je redécouvre cette liberté, c’est une grande part de bonheur".

Si elle assure que les critiques ne la blessent plus et que les portraits décrits "dans les livres, ce n'est pas (elle)", Valérie Trierweiler demande que la presse "la laisse tranquille". "Il y a une chose que je refuse, c'est que l'on me catalogue parmi les "people", je ne suis pas ça", martèle-t-elle. "J'ai le droit d'avoir une activité publique auprès du Secours populaire, le reste c'est ma vie", recadre celle qui avait déjà déclaré la semaine dernière effectuer ce voyage humanitaire en tant que "citoyenne" et "journaliste" . "Ce que j'ai subi, je l'ai surmonté, mais il ne faut pas oublier que j'ai une famille, des enfants et que ce n'est pas forcément facile pour eux".

Sur le même sujet

Lire et commenter