Vers une identité numérique unique à l'échelle européenne ?

ILLUSTRATION

DÉMATERIALISÉ - Dans les prochains mois, Bruxelles ambitionne de créer une plateforme pour "faire dans n'importe quel État membre ce que nous faisons chez nous, sans frais supplémentaires et avec moins d'obstacles".

Une initiative pour simplifier la vie ? La Commission européenne souhaite, dans les prochaines années, doter les pays de l'UE d'une identité numérique commune. Éliminer les tracasseries administratives, s'affranchir des grandes plateformes privées, accéder à des services sécurisés partout en Europe... autant d'objectifs annoncés de ce nouveau programme. 

Ce serait "en quelque sorte un dossier sécurisé" ou pourront être stockés "carte d'identité", "permis de conduire", "diplômes" et d'autres documents indispensables pour les démarches en ligne, a expliqué jeudi 3 juin la vice-présidente de la Commission européenne, Margrethe Vestager. "L'identité numérique européenne nous permettra de faire dans n'importe quel État membre ce que nous faisons chez nous, sans frais supplémentaires et avec moins d'obstacles", ajoute la dirigeante qui défend une démarche "sûre et transparente"

Sécurité et protection des données

L'exécutif européen ambitionne d'assurer un accès universel à cette nouvelle solution, veiller à ce qu'elle soit très largement utilisable. Ce "portefeuille" sera flexible, pouvant être associé à divers documents officiels selon le souhait de chacun. Il "a pour objectif de nous faciliter la vie. C'est une sorte de coffre-fort numérique, on met dedans ce qui est important et lié à notre identité", a souligné Thierry Breton. Par conséquent, il y a une "dimension de confiance essentielle", assène-t-il soutenant que la "cybersécurité est au cœur de ce projet". La sécurité sera "bien plus élevée que tout ce qui se trouve sur le marché", promet le commissaire européen. Pour cela, l'utilisateur aura la capacité de déterminer les éléments de son identité qu'il souhaite partager avec des tiers. Ainsi, la Commission Européenne espère limiter au strict nécessaire l'accès aux informations personnelles et constituer, de fait, une alternative crédible aux plateformes des géants Apple, Google ou Facebook. 

À ce jour, plusieurs solutions numériques d'identification sont déjà ponctuellement proposées par des gouvernements et des entreprises privées. Toutefois, ils ne sont que 14 États membres à notifié à avoir notifié Bruxelles d'un système national d'identification électronique. Pis, seulement 14% des fournisseurs de services publics essentiels dans l'UE permettent une authentification transfrontalière, se désole Margrethe Vestager. 

Lire aussi

La Commission européenne, dont la transition numérique fait partie des grandes priorités, invite les États membres à "créer une boîte à outils commune d'ici à septembre 2022 et à commencer immédiatement les travaux préparatoires nécessaires" à ce projet. Celui-ci pourrait donc voir le jour dans les tous prochains mois, en commençant - d'abord - par établir une "architecture technique", des normes et des "lignes directrices s'appuyant sur les meilleures pratiques". D'ici à 2030, l'exécutif européen espère, en tout cas, que tous les services publics de l'UE soient disponibles en ligne et que tous les citoyens aient accès à un dossier médical électronique. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre : des proches de victimes du Bataclan et des policiers entendus ce mercredi

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.