VIDÉO - 25 bébés contaminés à la salmonelle depuis 2006 : l'institut Pasteur confirme les propos du PDG de Lactalis

VÉRITÉS - L'institut Pasteur a confirmé, jeudi 1er février, les craintes, formulées par Emmanuel Besnier, que des nourrissons aient pu être contaminés par une salmonelle après 2005, date de la dernière crise massive de lait contaminé. Il revient sur l’origine de la contamination, reconnaît des années de possible négligence mais s’inquiète aussi pour la santé financière de son groupe.

Emmanuel Besnier sort (à nouveau) du silence. Quelques semaines après le scandale qui a touché la société Lactalis et la contamination de 35 bébés, le PDG de la société s’exprime pour la première fois clairement dans les colonnes des Echos. De façon plutôt transparente, il explique d’abord quelles ont été les origines de la contamination des laits infantiles. "On sait aujourd'hui que nous avons libéré des salmonelles Agona en réalisant des travaux sur les sols et les cloisons de la tour de séchage numéro 1. Malgré le confinement des espaces en travaux, elle s'est disséminée dans l'environnement. Elle a contaminé des équipements amovibles qui servent à produire des petites séries de lait infantile."


Une bactérie qui a donc contaminé 35 bébés ces dernières semaines et qui rappelle une autre affaire vieille de 13 ans, qui pourrait être liée. Pour rappel, en 2005, 140 bébés étaient tombés malades. "La bactérie responsable des problèmes est la même que celle de 2005, époque à laquelle nous n'étions pas propriétaires du site [de Craon, ndlr]. Elle était confinée dans les infrastructures de la tour numéro 1", avoue le PDG de Lactalis aux Echos.

La crise devrait coûter "plusieurs centaines de millions d’euros" au groupe

Tout au long de cette période, des analyses avaient donc été réalisées par un "laboratoire extérieur", révèle Emmanuel Besnier, qui remet en doute au passage sa compétence. "Il ne nous a communiqué aucune alerte sur les produits (…) Nous nous posons beaucoup de questions sur la sensibilité des analyses faites par ce laboratoire. Nous avons beaucoup de mal à comprendre comment 16.000 analyses réalisées en 2017 ont pu ne rien révéler."

Mais dans cette longue interview, Emmanuel Besnier confesse que des salmonelles ont été trouvées entre 2005 et 2017 dans son unité. Surtout, qu’il n’est pas à exclure "que des bébés aient consommé du lait contaminé sur cette période".  Une information confirmée quelques heures plus tard par l'institut Pasteur, qui a confirmé à France Info que 25 nourrissons avaient été contaminés par la même salmonelle, entre 2006 et 2016. On apprend aussi que le PDG du géant laitier a  pris la décision de fermer définitivement la tour de séchage numéro 1, là où les bactéries ont été retrouvées. "C’est une décision difficile mais indispensable", explique-t-il.


Et qui aura un coût énorme pour le groupe. "Plusieurs centaines de millions  d’euros", concède-t-il, tout en reconnaissant qu’il s’agissait de "la plus grande crise" qu’il ait eu "à affronter dans sa vie de manager". Pour terminer, Emmanuel Besnier annonce qu’il prendra la parole plus souvent dorénavant, "chaque fois que nécessaire."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Lait infantile contaminé : Lactalis et la grande distribution face au scandale

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter