"Avec de la volonté, on peut tout faire" : la belle histoire d'un boulanger et de son apprenti handicapé

"Avec de la volonté, on peut tout faire" : la belle histoire d'un boulanger et de son apprenti handicapé

SOLIDARITÉ – A La Chapelle-Vendômoise, dans le Loir-et-Cher, David Herbault a réaménagé sa boulangerie pour que son apprenti Alexis, victime d’un accident de moto et amputé d’une jambe, puisse poursuivre son rêve de devenir boulanger.

"La vie a fait qu’il a déjà perdu une jambe, donc on ne va pas lui faire perdre son métier". David Herbault, boulanger de la commune de la Chapelle-Vendômoise dans le Loir-et-Cher,  a tout fait pour que son apprenti puisse continuer de travailler chez lui malgré son handicap. 

Il y a maintenant deux ans, un jour de mars, Alexis est victime d’un accident de moto. Après un mois entre la vie et la mort, le jeune homme doit être amputé d’une jambe. À son réveil à l’hôpital, la première personne qu’il demande à voir est son patron. "La première chose qu’il me dit, c’est 'je veux retravailler, je veux revenir'. Ça va être un moteur pour lui de revenir au boulot, donc on ne s’est même pas posé la question, on est repartis de l’hôpital et j’ai dit 'là, il faut que je réfléchisse aux plans de la boulangerie, on réaménage tout'", se souvient David dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

Toute l'info sur

LE WE 20H

Pour ce boulanger, pas question de se passer de son apprenti et pour Alexis, pas question d’abandonner son métier. "Alexis, c’est mon binôme, on a besoin l’un de l’autre. On se complète tous les deux", affirme David. Alexis s’accroche à son rêve. Alors que les médecins lui disaient qu’il ne remarcherait peut-être pas, il redouble d’efforts et s’entraîne à se déplacer avec sa prothèse. Miraculeusement, un an après son accident, il est à nouveau debout. Et se rend compte de la chance inouïe que son patron lui offre : dans l’artisanat, il est difficile de trouver une place car pour les personnes en situation de handicap, les postes ne sont pas toujours adaptés.

160.000 euros d’investissements sans aucune aide publique

Pour permettre à Alexis de revenir travailler avec lui, David entreprend des travaux durant toute l'année 2020 avec l'aide d'artisans du village, afin d’agrandir l’espace de travail et que tout soit accessible en fauteuil, car malgré sa prothèse, le jeune apprenti ne peut pas rester pour l’instant toute une journée debout. Un ancien garage attenant à la boulangerie est annexé. On est passé de 25 m² à une cinquantaine, donc beaucoup plus d’espace pour qu’Alexis puisse se déplacer en fauteuil", explique David. 

Les parents d'Alexis ont aussi apporté leur aide. Dès que David a annoncé qu’il engagerait des travaux, ils ont lancé une cagnotte en ligne qui leur a permis de récolter 20.000 euros. "On est là pour avancer, pour que tu réussisses. De toute façon, vous allez réussir, on va réussir tous ensemble", encourage le père d'Alexis face aux caméras de TF1. L’argent a été totalement reversé au boulanger, une aide précieuse car David a déboursé 160.000 euros pour tous les travaux sans avoir eu aucune aide publique. "Quand je pense par où Alexis est passé, ce qu’il a traversé, nous, c’est de la rigolade ça. Il faut qu’on y arrive", assure-t-il. 

Lire aussi

Deux ans après l’accident, Alexis a gagné son pari. "Ça fait du bien de retrouver une vie sociale, les collègues,  une routine de travail. Se lever le matin pour quelque chose, ça fait plaisir, se réjouit-il. Avec de la volonté, on peut tout faire. Pour l’instant, le jeune boulanger travaille trois heures par jour, mais il espère bien pouvoir le faire bientôt à temps plein, et pourquoi pas un jour reprendre la suite de son patron. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter