Catastrophe d'AZF : vingt ans après, des commémorations toujours en ordre dispersé

Catastrophe d'AZF : vingt ans après, des commémorations toujours en ordre dispersé

REPORTAGE - Vingt ans après l'explosion de l'usine d'AZF à Toulouse, les tensions restent vives entre les anciens salariés et les sinistrés. Ce mardi, trois cérémonies distinctes ont eu lieu pour commémorer le drame.

Des blessures toujours à vif. Vingt années ont beau avoir passé depuis l'explosion de l'usine d'AZF, salariés et sinistrés ne se mélangent pas. Ce mardi, les cérémonies de commémoration se sont, une nouvelle fois, tenues en ordre dispersé. 

Toute l'info sur

Le 13H

Les anciens salariés se sont réunis sur le site toulousain dès 10h. "En fait, ils [les sinistrés, ndlr] ne se mélangent pas à nous parce qu’ils nous rendent un peu responsables de l’explosion", explique l'un d'entre eux face aux caméras de TF1 dans le reportage en tête de cet article. "Ils pensent que c’était une poubelle, ce n’est pas vrai. Si c’était une poubelle, on n’y aurait pas travaillé. On n’est pas si fous que ça", renchérit un autre. 

À quelques centaines de mètres, le ton est donné. "Nous ne serons pas sur le site car, pour nous, c’est impensable d’être à côté de ceux qui ont produit cet accident", clame une représentante d’une association de victimes. "C’est eux qui ont causé la catastrophe, qui ont causé tout ça. On ne peut pas se mélanger avec eux", estime, de son côté, un riverain. La voix tremblante, France, 71 ans, peine, elle, à contenir ses larmes. Son père est mort quelques mois après l'explosion, des suites de ses blessures. "Il a eu les doigts arrachés, les genoux écrasés... Non, aucune cicatrice n'est refermée aujourd'hui", assène-t-elle auprès de l'AFP. 

Une cérémonie officielle... sans membre du gouvernement

Une troisième cérémonie a été organisée au mémorial. Devant une centaine d'élus territoriaux, représentants de l'État, pompiers ou membres d'associations de victimes, les noms des 31 victimes décédées ont été égrenés. Des gerbes de fleurs ont ensuite été déposées au pied du mémorial et une minute de silence a été respectée, sans discours. Sur place, les participants ont plutôt prôné l'apaisement. "On pourrait revivre ça avec plus de sérénité, d’amour", argue France Prudhom, membre de l’association "Les victimes d’AZF". "Cela fait plusieurs années que je plaide pour une cérémonie plus consensuelle", déclare Serge Biechlin, l'ancien directeur de l’usine d'AZF. "Mais je comprends tous ceux qui n’ont pas envie de subir alors qu’ils ne devraient pas subir".

À noter qu'aucun membre du gouvernement ne s'est rendu sur place. "Pensées aux victimes et à leurs familles. La France se souvient", a toutefois réagi sur Twitter le président Emmanuel Macron.

 Le Premier ministre Jean Castex y est également allé de son petit mot sur les réseaux sociaux : "La Nation s'incline respectueusement en mémoire des victimes"

Lire aussi

Ce mardi, un nouveau parcours mémoriel a été inauguré sur le site de l'ancienne usine. Neuf panneaux retraçant son histoire, la catastrophe, puis l'après avec les nombreux procès notamment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Tempête Aurore : ce qui vous attend ce soir et cette nuit de la Bretagne à Paris

EN DIRECT - Tempête Aurore : routes coupées, toitures envolées... des dégâts dans le sillage des rafales

Tempête Aurore : une "mini-tornade" frappe une commune du Finistère et détruit une maison

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

EXCLUSIF - "On ne connaissait pas Nordahl Lelandais" : pour la première fois, des invités du mariage où a été enlevée Maëlys témoignent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.