Bernard Ollivier sauve les jeunes délinquants en les faisant marcher

Bernard Ollivier sauve les jeunes délinquants en les faisant marcher

VOCATION - Il dit que sa vie a commencé à 60 ans quand il a découvert la marche à pied. Un remède aux blessures de l'existence dont il a fait profiter 300 jeunes délinquants. Rencontre avec Bernard Ollivier, président de l'association "Seuil".

À 83 ans, Bernard Ollivier est déterminé à ne laisser aucun jeune sur le bord de la route. Ce matin, il veut éviter à une jeune fille, en rupture avec sa famille et déscolarisée, d'être placée en centre éducatif fermé. À la place, il lui fait une proposition : "marcher".

Toute l'info sur

Le WE

Son association "Seuil" propose chaque année à 35 jeunes condamnés par la justice de partir trois mois sur les routes d'Europe au lieu de purger leurs peines, avec un tuteur et sans portable. "Bêtement, beaucoup de gens disent : ces voyous il y a qu'à les envoyer en prison, ça leur apprendra. Ça leur apprendra le crime, la délinquance, la violence".

Cette conclusion, Bernard Olivier l'a tirée de son expérience personnelle. Ancien journaliste, il vit très mal la fin de sa carrière l'ennui et la solitude. "A 60 ans, je suis arrivé à l'âge de la retraite et j'ai fait une énorme dépression". Pour se guérir, il décide de marcher sur une distance que personne n'avait jamais parcourue à pied avant lui : la route de la soie, 12.000 km entre Istanbul et Pékin.

"J'ai marché pour vérifier si j'avais encore envie de vivre"

"Je suis parti pour vérifier si j'avais encore envie de vivre. À travers la marche, je me suis littéralement reconstruit non seulement au physique, mais aussi au mental. Une méthode tellement efficace que des années après, neuf jeunes sur dix qui ont marché avec son association retrouvent une vie stable.

Christophe a marché il y a sept ans. Quand Bernard l'a rencontré, il était adolescent et enchaînait les petits délits dans les foyers où il était placé. Aujourd'hui, Christophe travaille toujours à temps plein dans un garage. "Un jeune, c'est comme une bagnole. De temps en temps, il y a une panne.  Si on répare, ça redémarre".

Depuis 2017, l'association "Seuil" prend même en charge des jeunes radicalisés. En tout, 300 adolescents délinquants ont été accompagnés.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

EN DIRECT - Olivier Véran : "Le pass sanitaire, nous y mettrons fin à la minute où nous le pourrons"

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.