Carnaval du Mardi gras en Martinique : des défilés malgré l’interdiction

Carnaval du Mardi gras en Martinique : des défilés malgré l’interdiction

FESTIVITÉS - Malgré la situation sanitaire, des centaines de personnes étaient dans les rues martiniquaises pour "courir le vidé". Des Martiniquais qui ne voulaient pas renoncer à cette tradition du Mardi gras, sans trop tenir compte des gestes barrières.

Cette explosion de joie semble d'un autre temps, d'avant la pandémie. Avant l'aube, ce mardi matin, des centaines de personnes ont déferlé dans les rues de Schoelcher pour "courir le vidé" selon l'expression martiniquaise. Chose qui a été faite avec peu de masques ou de distanciation. Il s'agit d'une tradition populaire pendant les jours gras avant le carême. Cette année, elle est teintée de provocation. Les rassemblements étant interdits, le temps de cette période de carnaval. Une mesure contestée en Martinique où il n'y a pourtant ni couvre-feu ni confinement.

Toute l'info sur

Le 20h

Rencontrés par nos reporters sur place, certains habitants de Schoelcher ont exprimé leur crainte suite à ce rassemblement. De l'inquiétude, car le variant anglais a fait son apparition la semaine dernière sur cette île pourtant relativement épargnée par le coronavirus. En effet, selon le professeur André Cabié, chef de service infectiologie au CHU de Martinique, "plus d'une trentaine de variants anglais ont été détectés" sur l'île. "Avec les rassemblements, nous craignons une reprise de l'épidémie après le carnaval", ajoute-t-il. Les médecins redoutent de voir affluer des malades dans les hôpitaux d'ici une à trois semaines.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : les dates à connaître en fonction de votre tranche d’âge

EN DIRECT - Nouveau record de décès du Covid en 24h au Brésil : 1.910 morts

Le déconfinement, quand et comment ? Une réunion interministérielle à l'Élysée ce mercredi après-midi

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

REPLAY – Revoyez l’interview de Nicolas Sarkozy au JT du 20h de TF1

Lire et commenter