VIDEO - Charlie Hebdo : à Grigny, les jeunes refusent les préjugés

SOCIÉTÉ
VIDEO - Parce qu’ils ne souhaitent pas être assimilés aux extrémistes dont on dit qu’ils grandissent en banlieue, les jeunes de Grigny poussent un coup de gueule en images. Et c’est très réussi.

Quelques mots pour combattre les amalgames. À Grigny dans l’Essonne, où a grandi le tueur de Montrouge Amédy Coulibaly, les jeunes refusent d’être victimes des préjugés et assimilés à l’image de l’extrémisme. Directement après les événements de Charlie Hebdo et de la porte de Vincennes, un article du Figaro sur le quartier de la Grande Borne, à Grigny, titre alors : "À Grigny, la ville de Coulibaly, la théorie du complot va bon train".

"Nous voulons vivre en paix"

Parce qu’ils savent que les raccourcis faciles sont les plus dangereux , les jeunes Grignois, réunis dans le projet associatif Reporter citoyen , prennent la parole dans une vidéo. Martelant avec force des phrases comme "nous voulons vivre en paix en France", "nous refusons d’être réduits à un avenir prédestiné au terrorisme", ils montrent le visage multiple et libre de la banlieue parisienne.

EN SAVOIR + >> Charlie Hebdo : retrouvez tous nos articles

Sur le même sujet

Lire et commenter