VIDEO - "Charlie Hebdo" : un mois après les attentats, la dessinatrice Coco témoigne auprès de BFMTV

VIDEO - "Charlie Hebdo" : un mois après les attentats, la dessinatrice Coco témoigne auprès de BFMTV

DirectLCI
TEMOIGNAGE - Angoisses, sommeil difficile, pleurs soudains, flashs, etc. Un mois après l’attentat contre Charlie Hebdo, la dessinatrice Corinne Rey, dite Coco, a confié ses difficultés pour gérer les conséquences d’un tel événement.

"C’est pas évident de gérer des faits aussi exceptionnels et les conséquences qui vont avec." Samedi 7 février, un mois tout pile après l’attentat contre Charlie Hebdo, la dessinatrice Corinne Rey, dite Coco, s’est confiée auprès de BFMTV pour témoigner de son traumatisme.

"Ce sont des angoisses, du sommeil difficile, ce sont des pleurs soudains, des flashs, des choses comme ça, que l’on n’arrive pas forcément à contrôler et qui viennent sans cesse tourner dans nos têtes, raconte la survivante de l’attaque des frères Kouachi. On en parle entre nous, on se soutient, puis ça fait du bien d’être ensemble, c’est sûr."

EN SAVOIR + >>
Notre interview de Laurent Léger : "Je me sens toujours en totale insécurité"

Un soutien qui "fait plaisir"

A la question de la journaliste : "Comment vivez-vous les hommages et le soutien autour de Charlie Hebdo ?", la dessinatrice a ensuite manifesté le soulagement d’être soutenue. "Ça fait plaisir, répond-elle. Après j’ai envie de dire la même phrase que Luz a dite et qui était très bien trouvée: ‘Vous êtes Charlie, prouvez-le. Prouvez-le jusqu’au bout. Soutenez-nous’", nuance Coco. “J’espère qu’il y aura une meilleure compréhension et un meilleur sens du second degré dorénavant”, souhaite la dessinatrice.

Et de conclure sur la disparition de Charb, Cabu, Tignous, Wolinski et tous les autres: "On pense tout le temps à eux. Personnellement, je pense tout le temps au rire de Cabu, aux blagues de Charb… La ligne du journal va rester la même. On ne va pas changer là-dessus. On le doit pour nous, mais aussi aux gens qui sont partis aujourd’hui. Cela va être très difficile sans eux, mais il faut qu’on essaie d’avancer et ça les ferait chier de nous voir comme ça."
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter