Code civil, numéros de rue, "veau Marengo"... qu'a apporté Napoléon à notre quotidien ?

Code civil, numéros de rue, "veau Marengo"... qu'a apporté Napoléon à notre quotidien ?

BICENTENAIRE - Adoré ou abhorré, concentré de passions françaises, il fut tantôt "l'Aigle", brillant stratège, tantôt "l'Ogre" guerrier, misogyne et qui a rétabli l'esclavage. L'héritage laissé par Napoléon Bonaparte n'en est pas moins immense.

Sous la coupole des Invalides, deux siècles le contemplent. Pourquoi deux siècles ? Parce que, depuis 200 ans, on a gravé autour de son tombeau les lois, les progrès, les institutions, bref, tout ce dont la France moderne a hérité et qui perdure aujourd’hui encore. "Sous son règne, de nombreuses améliorations, de nombreuses réformes ont été entreprises", rappelle Emilie Robbe, conservatrice au Musée de l'armée à Paris. Tour à tour chef de guerre, empereur et chef de l’État, son curriculum vitae parle de lui-même.

Toute l'info sur

Le 20h

Son œuvre majeure, le Code civil, est de loin la plus connue du grand public. Et pour cause. "Avec le code civil, Napoléon instaure l’État de droit. C’est-à-dire que tout est régi par la loi", souligne l’historien Thierry Lentz, auteur de Pour Napoléon (aux éditions Perrin). "Pour prendre un exemple concret, nous avons du Napoléon en nous, maintenant et à l’heure de notre mort, puisque les successions, telles qu’elles avaient été définies en 1804, sont encore largement applicables aujourd’hui", poursuit ce spécialiste. 

De la gendarmerie à la Banque de France

Sous Napoléon, beaucoup d'institutions voient le jour : la police, la gendarmerie nationale, le corps des sapeurs-pompiers ou encore la Légion d’honneur. Mais aussi la Banque de France, la Cour des comptes, deux institutions qui soutiendront l'avènement d’une économie moderne. L'héritage de Napoléon ne s’arrête pas là. Au XIXe siècle, c’est aussi lui qui restaure le baccalauréat, invente les lycées puis démocratise l’enseignement secondaire.

Selon la légende, c’est aussi à l’école qu’il s’est révélé. "Lors d’une bataille de boule de neige, à laquelle les élèves de l’école sont en train de jouer de manière très anarchique, Napoléon, alors âgée d’une dizaine d’années, s’impose comme un commandant. On voit tout de suite l’aura qu’il exerçait déjà sur ses camarades", rapporte Arnaud Scuillier, enseignant.

Paris, un laboratoire pour l'empereur-bâtisseur

La ville de Paris telle que nous la connaissons porte également sa griffe. Au début du XIXe siècle, il décide de faire numéroter les rues : les chiffres pairs à droite et ceux impairs à gauche. En revanche, ce que l'on sait moins, c’est que le numéro un est systématiquement la maison ou l’immeuble le plus proche de la Seine. Dans la capitale, on trouve sa patte presque à tous les coins de rues. Du canal Saint-Martin au pont d’Iéna, en passant par la colonne Vendôme ou encore l’Arc de Triomphe. L’alignement impeccable des immeubles et des rues a aussi débuté sous Napoléon, avant l'arrivée du baron Haussmann. C’est également lui qui est à l’origine des trottoirs et de la création des égouts.

On peut considérer que Napoléon est une marque- Philippe Porté, adjoint au maire de La-Roche-sur-Yon

D’autres villes en France lui doivent aussi leur agrandissement. C’est notamment le cas de La-Roche-sur-Yon. Située en Vendée, la ville a connu différents changements de nom au cours du XIXe siècle. Elle a porté pendant un temps le nom de Napoléon, puis elle a été rebaptisée Napoléon-Vendée avant de retrouver finalement son nom d’origine. L’anecdote témoigne de l’influence qu’a eu Napoléon sur cette cité dont il a été le grand bâtisseur. 

"À l’époque, c’est la paix. Mais cette paix, elle est quand même un peu sous surveillance. Alors, il décide de créer cette ville. Il appelle ses ingénieurs qui dessinent une ville à cinq côtés avec une place centrale qui est destinée à recevoir 10.000 soldats selon la légende", relate Luc Bouard, maire (divers droite) de La-Roche-sur-Yon. Finalement, leur présence s’avèrera inutile. 200 ans plus tard, sur cette place, ce n’est pas des militaires que veut voir la municipalité, mais des touristes. "On peut considérer que Napoléon est une marque", admet Philippe Porté, adjoint au maire, en charge de l’identité napoléonienne de la ville. À tel point que la ville va lui consacrer un nouveau musée. 

Lire aussi

L'invention de la recette du "Veau Marengo"

L’influence de Napoléon Ier se retrouve également dans la gastronomie française. Lors de la bataille de Marengo (14 juin 1800), au soir de la victoire, Napoléon aurait demandé à son cuisinier de lui préparer un plat avec les vives qui lui restaient. Ce plat existe toujours, il se nomme le "Veau Marengo". "A l’origine, ce n’était pas du veau, mais du poulet. Dans la recette initiale, le cuisinier de Napoléon avait ajouté des œufs frits, des croutons de pain, des écrevisses ainsi que tout un tas d’ingrédients qu’on n’utilise plus aujourd’hui mais qui ont fait le principe de la recette", explique Frédéric Hervé, gérant du restaurant "Le Sale Gosse" à La Roche-sur-Yon.

Les historiens s’interrogent aujourd’hui encore sur ce fait historique. Le nom du cuisinier, le contexte et même sur la recette en elle-même. Mais ces doutes n’enlèvent en rien au talent de Napoléon pour avoir su transmettre sa légende avec saveur. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Gaza : l'immeuble abritant des médias, une cible "parfaitement légitime" selon Netanyahu

Israël/Palestine : le conseil de sécurité de l'ONU toujours désuni

Les bénéfices réalisés sur Vinted sont-ils déclarés aux impôts ?

Marghe, gagnante de "The Voice 2021" : "Florent Pagny m’a dit que j’avais un ange gardien"

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 100 morts ces dernières 24 heures, une première en 2021

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.