Comment la ville de Creil a tiré les leçons du premier confinement

Comment la ville de Creil a tiré les leçons du premier confinement

La ville de Creil dans l'Oise est devenue l'une des toutes premières villes confinées de France, il y a neuf mois, jour pour jour. Deux confinements plus tard, comment la commune et ses habitants se sont-ils adaptés à l'épidémie ?

Cette ville a tout vécu avant tout le monde. Creil, 35 000 habitants, a été mise sous cloche début mars, quinze jours avant le reste de la France. Neuf mois plus tard, elle a eu le temps de s'adapter, d'apprendre à vivre avec un virus un peu mieux appréhendé. À l'école aussi, désormais on vit avec. Comme partout, les plus de six ans ont des masques, et tous les jours, le personnel doit désinfecter tout le matériel. Ne surtout pas revivre l'angoisse du printemps dernier, c'est l'obsession du maire de la ville.

Toute l'info sur

Le 20h

"Ce que je ne veux pas, et je ne veux plus, c'est être à la remorque du virus", nous a confié Jean-Claude Villemain. Alors, il a voulu aller plus vite que l'État en rendant les masques obligatoires dès le mois d'août, et en décrétant un couvre-feu avant le reste du département. À l'hôtel de ville, on s'est organisé. Contrairement au printemps dernier, tous les guichets restent ouverts. Et dans les étages, après le premier confinement, le directeur des services a commandé une cinquantaine d'ordinateurs pour doubler les effectifs en télétravail. À l'époque, beaucoup étaient chez eux sans pouvoir travailler.

La gestion de crise est devenue une affaire courante. Toutes les semaines, un point sur la situation est organisé avec la préfète, l'occasion de savoir quel message transmettre. Persuadée de faire mieux maintenant, la ville affine ses choix. Elle a par exemple élargi la liste des bénéficiaires de masques gratuits. Partout, on s'efforce de rendre la période un peu moins pénible. Cette résidence pour personnes âgées maintient quelques activités. Les visites sont possibles, mais encore rares. Une prudence que les résidents comprennent un peu mieux qu'avant. Creil espère désormais voir le bout du tunnel, avec l'allègement du confinement depuis le week-end dernier, et surtout l'arrivée prochaine d'un vaccin qui permettra de commencer à rêver à des jours meilleurs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Variants du coronavirus : faut-il privilégier le masque FFP2 dans les lieux à risques ?

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Lire et commenter