Confinement le week-end : la mesure fait-elle effet à Nice et Dunkerque ?

Confinement le week-end : la mesure fait-elle effet à Nice et Dunkerque ?

PRÉVENTION - Troisième week-end de confinement pour le littoral des Alpes-Maritimes, Dunkerque et le Pas-de-Calais. Cette mesure a-t-elle vraiment un effet sur les chiffres de l'épidémie ?

Pour le troisième week-end consécutif, les habitants du littoral des Alpes-Maritimes et de la région de Dunkerque ont été confinés. Une mesure qu'ils appréhendent désormais avec fatalisme : "On le vit plutôt correctement, enfin avec patience. Mais évidemment, on espère que ça va pas s'éterniser très longtemps", affirme ainsi un Niçois. Mais tous ne sont pas sur la même longueur d'onde, partagés entre incompréhension et sensation que cela ne sert à rien. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Justement que disent les chiffres ? Dans les Alpes-Maritimes, le pic des contaminations, de 642 cas pour 100 000 habitants, a été atteint juste avant la mise en place du confinement. Depuis, la courbe ne cesse de baisser. Même observation dans l'agglomération dunkerquoise. Le pic a été atteint juste après le confinement, avec 1039 cas pour 100.000 habitants. Depuis, le nombre de cas diminue de manière continuelle.

Pas d'excès d'optimisme

Pourtant, il faut faire attention à l'excès d'optimisme selon l'épidémiologiste Pascal Crépey. "Les premiers confinements du week-end ont été mis en place en période de vacances scolaires. Or les écoles sont fermées et beaucoup de parents ne vont pas travailler, ce qui fait que les contaminations en milieu scolaire et en milieu professionnel sont fortement réduites. Ce qu'il faut regarder vraiment, c'est la dynamique des admissions hospitalières qui malheureusement, elles, ne baissent pas, voire plutôt augmentent", explique-t-il. 

En effet, les services de réanimation ne voient pas le bout du tunnel. À Nice, une très légère baisse des admissions n'est observée que depuis deux jours. Les lits restent occupés à 90%. Tandis qu'à Dunkerque, la situation s'aggrave avec des transferts de patients qui s'accélèrent vers la Belgique. En cause, la virulence du variant britannique. Ce dernier atténue les effets du confinement. "Ce sont des patients plus jeunes qui arrivent dans les hôpitaux, avec une moyenne d'âge aujourd'hui de 60 ans. Et ces patients plus jeunes arrivent directement de chez eux dans des conditions telles qu'ils vont rentrer immédiatement en réanimation. Et ceci est très inquiétant", alerte un médecin du Samu du Nord.

Lire aussi

Trois épidémiologistes nous l'ont affirmé, les confinements le week-end devront se prolonger au moins un mois pour soulager efficacement les hôpitaux. Voilà pourquoi Nice et Dunkerque continuent de recevoir en priorité de nouvelles doses de vaccin.

Écoutez "Les partis pris" de l'émission 24H Pujadas

Découvrez ce podcats sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Chaque jour, 24H Pujadas analyse l’actualité et le monde qui nous entoure. "Les Partis Pris" s’articule autour de plusieurs éditorialistes pour donner chacun dans leurs domaines de prédilections, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter