Confitures, compotes… Le gel des fruits va-t-il faire chauffer les prix ?

Confitures, compotes… Le gel des fruits va-t-il faire chauffer les prix ?

FLAMBÉE - Touchées par la vague de gel exceptionnelle fin avril, les récoltes de fruits n'ont pas été bonnes cette année en France. Dans les rayons des supermarchés, les produits transformés pourraient voir leurs prix augmenter.

Sur le prunier, un unique fruit a résisté aux intempéries. "Des arbres comme ça, ils doivent faire 500, 1000, peut-être 1500 prunes. Là, il n'y a rien, rien du tout", se désole Lucien Georgelin, confiturier et fondateur d'une société qui porte son nom, à Virazeil (Lot-et-Garonne). 

Toute l'info sur

Le 20h

Moins de deux mois après une vague de gel sans précédent depuis des décennies, qui a dévasté des centaines de milliers d'hectares de vergers, vignes et grandes cultures sur une grande partie du pays, avec des températures descendant jusqu'à -8°C localement, les conséquences pourraient se faire sentir pour les consommateurs. Les produits transformés à base de fruits, tels que les confitures, compotes ou encore jus de fruit, pourraient venir à manquer, faute de matière première. 

Des conséquences sur les prix

"On a perdu 80% de la production chez nos producteurs de pommes françaises. On est inquiet, comment on va pouvoir répondre à la demande et à quel prix ?", s'interroge dans le reportage de TF1 en tête de cet article Stéphane Jolit, directeur commercial de la société Lucien Georgelin, venu avec ce dernier inspecter les dégâts chez l'un de leurs principaux fournisseurs. Pour palier le manque, le confiturier pourrait être amené à se fournir à l'étranger. 

Les arbres fruitiers ont en effet été durement touchés par l'épisode de gel et notamment les fruits à noyau, comme les cerises, les pêches et les abricots. 

Alors que les stocks sont bas, car la récolte de l'année dernière avait donné peu de fruits, le prix de ces produits pourrait augmenter dans les rayons de supermarché. "Je suis prêt à payer plus cher, en espérant que les fruits soient toujours aussi bons", affirme un consommateur. Résignée, une autre confie qu'"on ne va pas avoir le choix, il va falloir tous se serrer les coudes".

On pourrait en effet théoriquement ne plus trouver certains produits- Christian Divin, directeur général de la fédération des industries d'aliments conservés

Si la pénurie de produits transformés n'est pas à l'ordre du jour, les professionnels alertent : il pourrait toutefois y avoir moins de choix en rayons. "On pourrait en effet théoriquement ne plus trouver certains produits, certains industriels seront contraints de changer leur recette", détaille Christian Divin, directeur général de la fédération des industries d'aliments conservés (FIAC).

Lire aussi

 Et d'ajouter : "Cette situation de pénurie devrait durer jusqu'à la prochaine récolte de fruits". À savoir au printemps 2022. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Une voiture percute une terrasse de bar à Paris : un mort, six blessés 

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

EN DIRECT - JO de Tokyo : "Il n'y a aucun regret. Il y a cette médaille, c'est ce que je retiens", affirme Riner

Le ministre Alain Griset est convoqué au tribunal pour omission de déclaration de patrimoine

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.