VIDÉO - Fermeture des frontières avec l'Angleterre : le soulagement des passagers français du dernier Eurostar

VIDÉO - Fermeture des frontières avec l'Angleterre : le soulagement des passagers français du dernier Eurostar

TRANSPORTS - La France a décidé dimanche de fermer ses frontières avec le Royaume-Uni pour au moins deux jours après la détection d'une mutation du coronavirus dans le pays. LCI a suivi l'arrivée du dernier Eurostar ce dimanche soir.

"Une ambiance très bizarre". Avec près d'une heure de retard, le dernier Eurostar est arrivé Gare du Nord ce dimanche aux alentours de 23h10. À son bord, des passagers soulagés d'avoir pu rentrer en France avant les fêtes. L'un d'entre eux, Paolo, s'est confié à LCI. Habitant depuis 2 ans en Angleterre, il se rendait à Limoges. "J'avais une réservation pour un Eurostar lundi. Avec les nouvelles réglementations et nouvelles informations, j'ai préféré avancer mon voyage pour être sûr de retrouver ma famille", a-t-il raconté. "L'ambiance à bord était très bizarre, assez pesante", a encore confessé le jeune homme. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

En vidéo

Témoignage de l'un des voyageurs du dernier Eurostar

Des billets à 250 ou 300 euros

En début de soirée, Jean-Baptiste Djebbari a annoncé sur LCI que la France suspendait - "pour 48h au moins" - les circulations depuis le Royaume-Uni. Conséquence directe, les derniers trains ont été pris d'assaut par de nombreuses familles prévoyant de passer les fêtes dans l'Hexagone. Les derniers Eurostars se sont ainsi retrouvés bondés, les prix des billets s'envolant jusqu'à 250 voire 300 euros. Paolo confirme : "il y avait vraiment beaucoup de monde par rapport aux fois où je rentre en Eurostar. Le train était complet alors que ce n'est pas le cas d'habitude. Encore une fois, l'ambiance était très bizarre."

Lire aussi

A l'instar de la France, plusieurs pays ont décidé de fermer leurs frontières au Royaume-Uni, au moins à titre provisoire. "Le président de la République a décidé, comme d'autres pays, que la France prenait des mesures de sauvegarde en suspendant les circulations depuis le Royaume-Uni vers la France", s'est ainsi justifié le ministre des Transports. L'objectif est de trouver un consensus dans les jours à venir pour gérer cette nouvelle potentielle crise. Selon Jean-Baptiste Djebbari, celui-ci devrait notamment s'appuyer sur "l'obligation d'un test PCR".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu à 18h : 5.900 verbalisations pour 40.000 contrôles

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Couvre-feu à 18h : commerces et enseignes s'adaptent en ouvrant leurs portes plus tôt

Lire et commenter