VIDÉO - Voici à quoi ressemble le pire commissariat de France

DirectLCI
ET LE GAGNANT EST... - En août dernier, l’Union des policiers nationaux indépendante (UPNI) avait lancé un concours photo. Le but, mettre en lumière l'insalubrité des commissariats et le manque de moyens des fonctionnaires. Sur la base de ces images édifiantes, le pire poste de police de France a été désigné. Il se trouve à Coulommiers (Seine-et-Marne).

C'est une "victoire" bien méritée. Au terme du vaste concours photo qu’avait lancé l’Union des policiers nationaux indépendante (UPNI) en août, le commissariat de Coulommiers, en Seine-et-Marne, a décroché la palme du pire commissariat de France. Les photos, prises par les fonctionnaires de police eux-mêmes, suffisent à expliquer cette triste première place sur le podium. Sur l’un des clichés, des sanitaires insalubres, à la peinture écaillée et aux lavabos en fin de vie. Sur un autre, une porte condamnée par une simple barre métallique, et une poignée qui ne s’actionne encore que par un élastique. Dans la cour, des trous béants. Et pour cause, le commissariat est construit sur d’anciens tunnels médiévaux, qui s’effondrent petit à petit.


Joint par LCI, Christian, l’un des représentants de l’association, estime la situation du commissariat de Coulommiers "catastrophique". "On a l’impression d’être en Syrie quand on entre dans la cour !", s’exclame-t-il. Les vidéos, qui nous ont été envoyées par l’UPNI, complètent le décor. Morceaux de carrelages manquants, plafond fissuré, murs qui tombent en miette, meubles menaçant de s’effondrer, cellules insalubres…  "A ce stade, il faut tout raser, assure Christian. Ce commissariat a été construit dans une ancienne maison de ville. En fait, il est adapté à la police des années 60". A la deuxième place, occupée par le commissariat de Strasbourg, la situation n’est pas franchement meilleure. L’une des voitures dépasse le demi-million de kilomètres au compteur.

En vidéo

Un concours de photos dénonce la vétusté des équipements de la police

Même nous, on ne pensait pas qu’il y avait autant de problèmesChristian, représentant de l'UPNI

Malgré ce concours photo interloquant et la mobilisation dans sept villes de l'Hexagone, ce samedi, de femmes de membres des forces de l’ordre et de policiers en colère, le gouvernement a d’ores et déjà annoncé qu’il ne recevrait pas les associations. Face à ce refus, l’UPNI espère tout de même que les images qui ont été publiées depuis le mois d’août vont ouvrir les yeux des maires et des députés, "qui n’étaient peut-être pas au courant que le commissariat de leur ville ou de leur circonscription était insalubre". "Même nous, on ne pensait pas qu’il y avait autant de problèmes dans les commissariats de France", concède Christian.

Aujourd’hui, les policiers des commissariats concernés espèrent une visite du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. "Parce que quand j’entends le directeur général de la police, Eric Morvan, qui dit que tout va mieux depuis octobre 2016… Lui est arrivé il y a un mois et a déjà fait refaire son bureau. Alors pour lui, ça va peut-être bien. Mais pas pour nous. Et on n’est pas des menteurs", assure le représentant de l’association. L’UPNI n’a pour le moment pas prévu d’autre mobilisation. "On va attendre de voir comment ça se passe, même si pour le moment, il n’y a pas eu d’annonce officielle de faite". 

Plus d'articles

Sur le même sujet