Cours à distance puis "jauges adaptées" : comment vont s’organiser les collèges ?

Cours à distance puis "jauges adaptées" : comment vont s’organiser les collèges ?

REPORTAGE - Les établissements scolaires doivent généraliser l'enseignement à distance avant deux semaines de vacances. Malgré leur expérience du premier confinement, ils sont nombreux à redouter les prochaines semaines.

À Nantes, les collégiennes que nous avons rencontrées sont unanimes. Une seule chose les embête à l'idée de ne pas revenir en classe pendant quatre semaines : ne pas revoir leurs amis. Le principal, lui, réfléchit à la mise en place de plusieurs semaines de cours à distance. "L'essence même de l'enseignement, c'est le contact. Là c'est quand même un petit peu plus difficile. Difficile de savoir si effectivement le jeune accroche ou pas, s'il est concentré ou pas", explique Patrick Bizet.

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Mais cette fois, l'avantage, c'est que les enseignants sont mieux rodés aux outils numériques. Stéphanie Viau, professeure de français, a confiance. On a déjà l'expérience de l'année dernière, où on a dû faire du distanciel sur une longue période. C'est vrai que là, comme nous n'avions que deux semaines finalement de distanciel, je suis assez rassurée sur la situation", confie-t-elle.

Dans une école en région parisienne, le passage à des cours 100% en ligne pose plus de questions. Certaines familles n'ont pas d'ordinateur. "Le professeur de ma fille va nous préparer tout un tas de polycopiés demain. Il va nous les remettre, comme il sait qu'il y a beaucoup de parents qui sont en difficulté, qui ne peuvent pas se payer des photocopies et qui n'ont pas accès à Internet pour pouvoir imprimer les cours", explique une mère.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter