Couvre-feu à 18h : ce qu’il change au quotidien

Couvre-feu à 18h : ce qu’il change au quotidien

À Reims, depuis le 2 janvier, tous les habitants de la commune et ceux du département de la Marne, doivent être de retour chez eux à 18h. Ces couvre-feux imposés à 18h sont-ils respectés ? Sont-ils efficaces ?

Dans les rues de Reims à la pause-déjeuner depuis dix jours, les habitudes ont changé. "On est obligé de courir le midi", lâche un joggeur. " Pour les courses, avant, je le faisais le soir, là, on est obligé d'y aller le midi en drive. C'est blindé, on passe beaucoup plus de temps", note une habitante. Comme dans 25 autres départements, le couvre-feu démarre ici à 18 heures.

Toute l'info sur

Le 20h

"L'hypermarché E.Leclerc à Saint-Brice-Courcelles (Marne) a décidé de démarrer son service de drive une heure plus tôt et d'ouvrir les dimanches matin. "De 18 à 20h, c'est à peu près 20% de notre chiffre d'affaires. Donc, les enjeux sont énormes. Il y a 600 collaborateurs ici. On fait le même chiffre d'affaires que l'année dernière grâce au dimanche, donc on va voir dans les semaines qui arrivent si on continue ou pas à constater ces mêmes frais", explique son directeur généra, Paul Pageau.

Dans le centre-ville, même souci pour les petits commerçants. Aurélien Gault, magasin "Sakura Torii" à Reims, a décidé d'ouvrir son magasin de jouets 7 jours sur 7 au lieu de 5 dans l'espoir de compenser le manque à gagner. "C'est toute une organisation, de changement en plus, mais il n'y a pas forcément de rentrée d'argent qui va avec. Toutes les semaines, on s'adapte", révèle-t-il.

Les transports en commun aussi évoluent. À partir de ce soir, le nombre de tramway et de bus va diminuer. Les services de transports surveillent la fréquentation sur chaque tranche horaire, pour répondre aux nouveaux besoins des passagers. "Sur le couvre-feu, compte tenu des changements d'habitude des salariés qui finissent plus tôt le travail, on a une pointe qu'on est en train d'observer entre 17h et 18h. Et effectivement, on est en capacité ces prochains jours de s'adapter aux heures de pointe si le besoin s'en ressent", assure Leila Garnier, directrice de Transdev Reims.

Se garer en ville est aussi devenu gratuit à partir de 18h. Une série d'adaptation, indispensable pour conserver un minimum d'activités, mais qu'il faut renouveler chaque fois que les mesures changent.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccination : "À terme, il y aura évidemment des doses pour tout le monde", affirme Olivier Véran

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter