Couvre-feu, confinements locaux : quelle efficacité ?

Couvre-feu, confinements locaux : quelle efficacité ?

Pour endiguer la propagation du virus, vingt départements sont sous surveillance renforcée. L'objectif est de tout faire pour éviter un reconfinement national. Mais les mesures prises jusqu'ici sont-elles vraiment pertinentes sur un plan sanitaire ?

Après un confinement strict au mois de mars, il y a eu le couvre-feu à 20h, puis celui à 18h. Et désormais vient le confinement le week-end par endroits. Les gens ont parfois du mal à comprendre. "Franchement, je n'arrive plus à suivre. Je préfère un confinement strict", évoque une passante. "Des petits pansements qui ne sont pas très efficaces", regrette une autre femme.

Toute l'info sur

Le WE

Le couvre-feu peut-il suffire à maîtriser l'épidémie ? Il a en tout cas un effet net dans les zones où il a été mis en place dès la mi-octobre. La courbe de l'épidémie a commencé à infléchir avant le confinement. L'avancement de cette mesure à 18h a-t-il eu un effet ? Oui, mais aujourd'hui, la donne a changé. "L'avancée du couvre-feu de 20h à 18h a été observée sur la circulation du virus essentiellement sur la souche historique, et en revanche ne peut à ce jour être une solution pérenne pour limiter l'engorgement hospitalier dans les semaines à venir compte tenu de la circulation de ses variants", précise un professionnel de santé.

Alors un confinement ciblé, le week-end par exemple, serait-il efficace ? C'est ce qui a été instauré en Guyane en complément d'un couvre-feu pendant près d'un mois. Le résultat y est impressionnant : réduction d'un tiers des contaminations. Mais cette mesure a été prise alors que le virus circulait deux fois moins qu'à Dunkerque. Faudrait-il à la place un confinement plus long, en une seule fois ? À partir de quand les effets du confinement se font-ils sentir ? Quand on regarde la courbe des patients en réanimation, l'effet du confinement est bien là, mais seulement au bout de trois semaines. Une solution que le gouvernement cherche à éviter à tout prix pour épargner le moral des Français et leurs finances. Chaque jour de confinement strict coûte un milliard d'euros à l'économie française.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter