VIDÉO - "Rien n'est logique" : les Français dans le flou face aux règles mouvantes sur le port du masque

VIDÉO - "Rien n'est logique" : les Français dans le flou face aux règles mouvantes sur le port du masque

COVID-19 - Face à la cinquième vague, le gouvernement réfléchit à la mise en place de nouvelles mesures, dont le renforcement du protocole concernant le port du masque. Les allégements successifs ont rendu les règles peu claires, voire incohérentes.

Depuis le début de la crise sanitaire, le masque s’est imposé, mais avec l'allégement des mesures et du respect des gestes barrières, certains ne savent plus quand il est possible ou pas de tomber le masque. Un flou parfois accentué par certaines incohérences de protocole, suivant les lieux où chacun se trouve.

Toute l'info sur

La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

En effet, depuis un décret du 7 août, tous les lieux qui exigent le pass sanitaire ne sont pas obligés d’imposer le masque. Mais dans les faits, le préfet, ainsi que tous les chefs d’établissement peuvent en décider autrement. Dans la plupart des cinémas par exemple, le masque reste donc exigé. "Nous, on va souvent au cinéma, dans n’importe quelle salle, le port du masque est obligatoire", atteste ainsi une passante dans le reportage du 20H de TF1 en tête d'article.

Une fois le pass validé, le masque est oublié

Mais dans beaucoup de restaurants, une fois le pass validé, le masque est oublié. "Il n’y a pas une grande différence à être à table sans masque et à aller aux toilettes avec un masque", assure une cliente d’un restaurant. "Ça dépend des fois, parfois je me dis, il faut que je le mette, parfois je ne le mets pas", témoigne une autre.

Lire aussi

En parallèle, le visage doit être couvert, dans tous les commerces quels qu’ils soient. De même dans les transports et dans tous bureaux où il se trouve plus d’un travailleur. Les règles sont donc disparates à l’intérieur suivant l’établissement dans lequel on se trouve. Le protocole se complique encore pour les situations à l’extérieur. 

En effet, en cette fin du mois de novembre, près d’une trentaine de départements, en bleu sur la carte ci-dessous, ont réimposé le masque au grand air face à la recrudescence de virus. Dans le Finistère par exemple, depuis une semaine, le masque est exigé dans les fils d’attente, autour des écoles, sur les marchés, et même dans un rayon de 50 mètres autour des gares, aux heures d’arrivée et de départ.

Face à ces nombreuses règles, "rien n'est logique", juge une passante. Cependant, des panneaux d’affichage permettent parfois de s'y retrouver en indiquant quand il est nécessaire de porter le masque. D'autant que le nom respect de ce qui est considéré comme un geste barrière est toujours sanctionné d’une amende de 135 euros.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.